France-Cahuzac estime ne pas avoir "menti" à Hollande

le
0
    PARIS, 13 septembre (Reuters) - François Hollande, qui a 
reçu Jérôme Cahuzac après les révélations sur son compte caché à 
l'étranger, ne lui a jamais, durant cet entretien en 
tête-à-tête, demandé s'il avait un compte en Suisse, a assuré 
mardi l'ex-ministre du Budget. 
    Jérôme Cahuzac, jugé à Paris pour fraude fiscale et 
blanchiment, a par ailleurs sous-entendu que, lors de cet 
entretien dont la tenue était jusqu'à présent inconnue, le 
président de la République l'avait poussé à rester à son poste. 
    "La question précise, qui utilise le tutoiement, 'as-tu, oui 
ou non, un compte?', cette question-là, on ne me l'a jamais 
posée dans cet entretien, et donc si j'ai menti, c'est par 
omission", a-t-il dit devant le tribunal correctionnel à propos 
de cette rencontre qui a eu lieu le 5 décembre 2012. 
    "Contrairement à ce qui a été dit, je n'ai pas menti au 
président de la République les yeux dans les yeux", a-t-il 
ajouté, étouffant des sanglots.  
    "Je sors de cet entretien avec la volonté de tenir", a 
poursuivi l'ex-ministre.  
    Prié de dire s'il y avait un lien de causalité entre la 
teneur de cet entretien et sa décision de camper sur sa 
décision, et de mentir, quelques heures plus tard, à l'Assemblée 
nationale, Jérôme Cahuzac a répondu : "Ce lien de causalité 
n'est pas le seul, et s'il y a un lien de causalité, c'est parce 
que j'ai accepté, ce qui est ma faute." 
    Lors d'un autre entretien, dont la tenue était quant à elle 
connue, le président de la République et le Premier ministre ont 
demandé à Jérôme Cahuzac des explications. "J'ai dit 'c'est 
rien, c'est des conneries', d'une certaine manière d'ailleurs, 
je ne mentais pas", a-t-il déclaré à la barre. 
    Le ministre déchu a précisé que François Hollande ne lui 
avait jamais dit qu'il était "couvert".  
    En avril 2013, le président a assuré que Jérôme Cahuzac, qui 
"a trompé les plus hautes autorités du pays", n'avait bénéficié 
d'aucune protection des autorités françaises. 
    Quelques jours plus tard, Jérôme Cahuzac avait demandé 
pardon à François Hollande et Jean-Marc Ayrault, en expliquant 
lors d'une interview sur BFM TV : "à eux aussi j'ai menti".    
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant