France-Bulgarie : à nos meilleurs ennemis !

le
0
France-Bulgarie : à nos meilleurs ennemis !
France-Bulgarie : à nos meilleurs ennemis !

P… ! 20 ans. Vingt piges qu'on n'avait pas joué les Bulgares. Au moment de les retrouver ce soir, petite story des matchs entre la France et la satanée sélection au maillot blanc. Avec un enseignement majeur : attention, bâton merdeux !

Kostadinov, toujours…


Tous matchs confondus, le bilan franco-Bulgare apparaît parfaitement équilibré. Signe que la France ne s'est donc jamais baladée vraiment face aux bouffeurs de yaourts : huit victoires françaises, quatre nuls et huit défaites. Sauf que deux succès tricolores remontent aux années 30, ce qui ne compte pas vu qu'à l'époque Justin Bieber n'était pas encore né. Donc, ça fait au total six victoires françaises, quatre nuls et huit défaites. Nan, sérieux… Dans l'importance des matchs, la balance s'équilibre aussi, en amical, d'abord. Hormis les deux victoires françaises dans les années 30, trois nuls et une victoire bulgare affichent un petit avantage aux Slaves. En 1957 : France-Bulgarie 2-2, en 1959 : Bulgarie-France 1-0 et en 1970 : France-Bulgarie 1-1. En 1982, à Gerland, les Bleus ont concédé un petit 0-0. Normal : Bossis, Six, Baratelli, Bathenay, Rocheteau, Battiston, Lopez, Janvion et Platini étaient forfaits pour cause de demies de Coupe de France…

En matchs officiels (non amicaux), quasiment même parité. À l'Euro anglais 1996, seul match de phase finale internationale entre les deux pays, les Bleus l'avaient emporté 3-1 au premier tour. S'en était-on vraiment réjoui, au souvenir du désastre du Parc des Princes (1-2), trois ans plus tôt, en novembre 1993 ? Non. Le traumatisme de Kostadinov plantant à l'ultime seconde ne s'effacera jamais : même après les succès du Mondial 1998 et de l'Euro 2000, Didier Deschamps a confessé qu'il était encore marqué par cette soirée cauchemardesque. Quant à JPP ou Ginola qui, eux, n'ont pas eu l'occasion de disputer à nouveau un grand tournoi, la machine à broyer du noir les réveille encore toutes les nuits… On l'oublie trop souvent, mais le vrai drame des Bleus à l'automne 93, ce fut plutôt l'autre défaite incroyable contre Israël à domicile (2-3), avant la réception de la bande à Hristo.

La traversée du désert débute à Sofia…


Le passé antérieur à 1993 a, dans un premier temps, occasionné d'autres peines immenses… Les qualifs malheureuses de Coupe du Monde 1962 au Chili resteront gravées comme le point de départ de la lose française qui courra jusqu'en 1977, malgré un Mondial anglais en 1966. Dans la poule à trois, France-Bulgarie-Finlande, les Finnois furent mis hors…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant