France-Brandao sera jugé pour le coup de tête à Motta

le
0

(Complète avec nouvelles déclarations de l'avocat, derniers §§) PARIS, 22 août (Reuters) - Brandao, l'attaquant brésilien de Bastia, sera jugé le 3 novembre prochain pour le coup de tête asséné samedi dernier au Parisien Thiago Motta en marge du match PSG-Bastia de Ligue 1, a-t-on appris vendredi auprès de son avocat. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris pour violences volontaires commises dans une enceinte sportive avec préméditation ayant causé une incapacité totale de travail de sept jours, a-t-on précisé de source judiciaire. Le Brésilien, qui a été suspendu à titre conservatoire jeudi par la Ligue de football professionnel (LFP), a été entendu vendredi matin dans le cadre d'une garde à vue, avant de se voir notifier son renvoi en correctionnelle, a dit à Reuters son avocat, Me Olivier Martin. Le geste de Brandao, qui avait attendu Thiago Motta dans le couloir du Parc des Princes pour lui mettre un coup de tête après la rencontre, a été filmé par les caméras de surveillance du stade parisien. La commission de discipline de la LFP a mis le dossier en instruction et devrait entendre les deux parties avant de prononcer une sanction envers le footballeur. Selon les règlements, il risque jusqu'à huit matches de suspension puisque le certificat médical contenu dans le dossier disciplinaire devant la LFP ne fait pas état d'une incapacité de travail pour Thiago Motta (ITT), ce qui aurait pu porter la sanction encourue à deux ans maximum. Le document produit dans le cadre de la procédure judiciaire comporte en revanche une ITT. Elle est inférieure à huit jours, ce qui au regard de la loi pouvait valoir à Brandao une simple contravention mais la notion de préméditation lui vaut renvoi devant le tribunal. "La préméditation et le fait que ça soit dans une enceinte sportive, ce sont les deux éléments qui qualifient le délit", a dit Me Olivier Martin à Reuters. "C'est ce que retient le parquet, après ca va donner lieu à débat : sur le plan juridique pour ce qui est de l'enceinte sportive, et sur le plan factuel sur la préméditation que nous contestons fermement." Brandao risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende selon l'article 222-13 du code pénal. (Chine Labbé et Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant