France-Brandao écope d'un mois ferme pour son coup de tête à Motta

le
0

PARIS, 27 novembre (Reuters) - L'attaquant brésilien de Bastia Brandao a été condamné jeudi à un mois de prison ferme et 20.000 d'euros d'amende pour le coup de tête donné au Parisien Thiago Motta à l'issue d'un match de Ligue 1 entre les deux clubs, en août dernier. Brandao, qui n'était pas présent à l'audience, était jugé à Paris pour violences volontaires commises dans une enceinte sportive, avec préméditation et ayant causé une incapacité totale de travail de sept jours. Ce geste avait déjà valu au Brésilien de 34 ans, arrivé à Bastia durant l'été, une suspension de six mois de toutes compétitions, confirmée en appel. "C'est extrêmement sévère", a dit son avocat, Me Olivier Martin, à BFM TV à la sortie de l'audience. "On a coutume de dire que les footballeurs ne sont pas au-dessus des lois, ils ne sont pas non plus en dessous." "Je la trouve en plus extrêmement sévère au regard de la motivation qui a été évoquée par le président du tribunal pour justifier de cette peine de prison ferme, qui a fait référence à la violence dans les stades. Je n'ai pas l'impression que Brandao soit à l'origine de la violence dans les stades." Brandao pourrait toutefois bénéficier d'un aménagement de peine et ne pas aller en détention. Le 16 août, après un match PSG-Bastia, Brandao avait attendu son adversaire dans le couloir du Parc des princes et lui avait donné un violent coup de tête enregistré par les caméras de surveillance du stade parisien. Thiago Motta avait eu le nez fracturé. Le joueur brésilien et son avocat contestaient la préméditation, circonstance aggravante qui avait justifié le renvoi de Brandao en correctionnelle et que le tribunal, lui, a retenu. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant