France-Bernadette Chirac trouble un hommage rendu à son mari

le
2

PARIS, 21 novembre (Reuters) - François Hollande, Jacques Chirac et Alain Juppé se sont retrouvés vendredi pour une remise de prix en forme d'hommage à l'ancien président, une cérémonie marquée par Bernadette Chirac, qui a affiché ses convictions dans la guerre des chefs à l'UMP. L'ancienne première dame, soutien inconditionnel de l'ancien président Nicolas Sarkozy dans la course à 2017, a ostensiblement omis de serrer devant les caméras la main de l'ex-Premier ministre, candidat officiel à la présidentielle. Bernadette Chirac avait déjà étrillé Alain Juppé en septembre dernier, le jugeant "très froid" et incapable de réunir autant de personnes que Nicolas Sarkozy lors d'un meeting politique. Son mari a en revanche fait savoir qu'il soutenait son fils spirituel dans la course à la présidentielle. L'ancien Premier ministre n'a pas semblé lui en tenir rigueur, débutant son discours par un "madame, chère Bernadette" appuyé. Bernadette Chirac a applaudi son intervention. La Fondation Chirac a récompensé cette année l'association Clowns sans frontières et la militante pour les droits de l'homme tunisienne Amira Yahyaoui. Diminué par la maladie, la main sur l'épaule de son garde du corps, Jacques Chirac, qui aura 82 ans le 29 novembre, est arrivé sous les applaudissements de salle. A son ancien opposant qui dirigea la France de 1995 à 2007, François Hollande a dit son respect, "un respect qui est à l'unisson de l'affection que vous portent les Français, au-delà des sensibilités politiques". Il a salué l'action de son prédécesseur pour le développement, promettant de maintenir la taxe sur les billets d'avions créée sous sa houlette pour lutter contre les grandes pandémies comme le sida. Il a aussi rendu hommage à la vision de Jacques Chirac, qui déclarait en 2002 au sommet de la Terre : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". "Je crains qu'elle ne se soit entièrement consumée", a déploré François Hollande, rappelant que le monde avait "rendez-vous avec lui-même" au sommet sur le climat de Paris fin 2015. Président du jury de la Fondation cette année, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a rendu hommage aux deux présidents assis devant lui. Celui que les sondages d'opinion disent bien parti pour 2017 a dit son "admiration" et sa "fidélité" à Jacques Chirac dont il a salué l'action diplomatique soucieuse d'une "mondialisation maîtrisée", "respectueuse de la dignité humaine". L'ancien ministre des Affaires étrangères a aussi appelé à combattre "les ennemis de la liberté", comme "le président Hollande continue de le faire avec détermination". (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2496916 le vendredi 21 nov 2014 à 14:51

    L'association clowns sans frontières, elle n'en manque pas de clowns avec tous nos politicards...

  • newwin le vendredi 21 nov 2014 à 14:46

    stop a sarko ca suffit