France-Bartolone donne, comme Pécresse, priorité aux transports

le
0

PARIS, 16 octobre (Reuters) - Renouvellement du réseau de transports, encadrement des loyers, pause fiscale : Claude Bartolone dévoile vendredi dans Le Parisien/Aujourd'hui en France une partie de son programme pour les élections régionales de décembre en Ile-de-France. Le président socialiste de l'Assemblée nationale abat ses cartes alors que les sondages le donnent à quasi égalité avec la candidate des Républicains Valérie Pécresse pour prendre la tête de la région la plus peuplée et la plus riche de France. Le Front national, emmené par Wallerand de Saint-Just, arrive en troisième position avec environ 20% des intentions de vote au premier tour, qui aura lieu le 6 décembre. Comme son adversaire des Républicains, Claude Bartolone donne priorité aux transports, cauchemar de nombre de Franciliens et gouffre financier pour la région, qui y consacre près de la moitié de ses cinq milliards d'euros de budget. Il promet de "remettre à niveau" le réseau et d'accélérer le renouvellement des voitures de RER, grâce à une dotation de l'Etat de 800 millions par an pendant dix ans. Côté sécurité, le candidat socialiste propose de créer une police des transports unique pour la SNCF et la RATP ainsi que la présence d'un agent dans tous les bus de nuit. Le candidat veut étendre à toute l'Ile-de-France l'encadrement des loyers appliqué à Paris depuis cet été et obliger les communes à respecter l'obligation de créer 25% de logements sociaux en leur coupant les aides de la région en cas de manquement. Au chapitre des impôts, Claude Bartolone prévient les critiques généralement faites aux candidats de gauche en promettant "zéro augmentation de la fiscalité régionale pour les contribuables et les entreprises." Parmi ses autres propositions figure une prime à la casse pour les propriétaires de véhicule diesel, source de pollution atmosphérique dans la région, et la création de 5.000 emplois jeunes régionaux supplémentaires. Dans un communiqué commun, les élus Républicains Jérôme Cartier, Thierry Solère et Geoffroy Didier dénoncent un programme "à bout de souffle". "Après 17 ans de gestion socialiste à la tête de la région Ile-de-France, Claude Bartolone et ses amis n'ont pas tiré les leçons de leur bilan désastreux", écrivent-ils, accusant la candidat de "reproduire les errements de François Hollande". Le président de l'Assemblée nationale tiendra son premier grand meeting de campagne le 4 novembre à Pantin, dans son fief de Seine-Saint-Denis, département dont il a longtemps présidé le conseil général. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant