France : baisse continue des ventes de cigarettes depuis octobre 2011

le
2

(AFP) - Les ventes de cigarettes ont reculé en France de 4,3% sur la période octobre 2011/juin 2012, par rapport à la même période un an plus tôt, selon les professionnels de la filière, en raison, disent-ils, de la dernière augmentation de prix (+6%, soit 30 cts/paquet).

"Cette baisse des volumes achetés dans les 28.000 bureaux de tabac en France n'est pas une bonne nouvelle pour l'Etat", souligne Yves Trévilly, porte-parole du fabricant British American Tobacco (BAT). Les recettes fiscales supplémentaires escomptées ne sont pas non plus au rendez-vous.

La baisse de 4,3% est celle des livraisons effectuées chez les buralistes par ADF, qui détient quasiment le monopole de la distribution des bureaux de tabac.

Sur la seule période janvier-juin, la baisse est de 4,75%, selon le blog Lemondedutabac.com, qui qualifie ces chiffres d'"inquiétants".

Intervenue le 17 octobre 2011, la dernière hausse des prix avait fait passer la plupart des marques au-dessus de 6 euros le paquet, ce qui pourrait avoir joué un rôle de seuil psychologique, estiment les professionnels.

La baisse des ventes a fait fondre les recettes fiscales supplémentaires attendues pour la fin de l'année 2011 (90 millions d'euros) et l'ensemble de l'année 2012 (600 millions d'euros), "à volume de ventes constant". Selon BAT, les recettes supplémentaires ont été limitées à 80 millions d'euros en raison de la baisse des volumes vendus.

Alors que le gouvernement a annoncé une nouvelle augmentation des prix en septembre de 6%, BAT souhaite que soient revues "les réflexions habituelles en matière de +recettes fiscales tabac+", à cause d'une part de la crise qui pèse sur le pouvoir d'achat, et du prix psychologique atteint par le tabac en France par rapport aux prix pratiqués dans les pays limitrophes.

Les prix de vente en Belgique, en Espagne, au Luxembourg ou en Allemagne sont jusqu'à 30% inférieurs, conduisant les fumeurs à s'approvisionner de l'autre côté des frontières.

Cette baisse des volumes achetés n'est donc pas nécessairement synonyme de baisse de la consommation, les importantes augmentations de prix en 2003/2004 ayant fait exploser les achats transfrontaliers.

Les recettes fiscales (y compris la TVA) liées au tabac ont rapporté 13,4 milliards d'euros à l'Etat en 2011.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 9 juil 2012 à 18:35

    Et la contrebande compense la baisse, sauf pour l'Etat !!!

  • fabdig le lundi 9 juil 2012 à 18:32

    de toute façon les dommages collatéraux pour la sécurité sociale sont pires, c'est un fait qu' 1 fumeur coute plus cher en soins après 60 ans du fait de l'effet à long terme de la cigarette sur son organisme. De plus, si ce dernier à un cancer du à la cigarette, la facture explose à plus de 50 000 euros par traitement. La seule consolation est que la retraite versée par létat sera moindre mais bon il faut etre fumeur pour se contenter de ce type d'arithmétique mathématique.