France-Azoulay espère un accord rapide sur les intermittents

le
0
    PARIS, 27 avril (Reuters) - La ministre de la Culture, 
Audrey Azoulay, a émis mercredi l'espoir qu'un accord serait 
conclu cette semaine sur le régime spécifique d'assurance 
chômage des intermittents du spectacle et de l'audiovisuel, 
entrées lundi dans leur dernière ligne droite. 
    "Il faut que l'intermittence participe aux réformes 
générales sur le système de l'assurance chômage, qu'il 
contribue", a-t-elle déclaré à sa sortie du conseil des 
ministres, alors que les intermittents multiplient les actions, 
dont des occupations de théâtres, notamment à Paris. 
    "Ce qu'il faut c'est de la sérénité, un dialogue, qui doit 
se poursuivre aujourd'hui et j'espère se conclure ce soir ou 
cette nuit", a-t-elle ajouté en prônant des économies qu'elle 
évalue à "une centaine de millions d'euros". 
    Elle a demandé aux négociateurs de ne pas se laisser 
perturber "par des mobilisations qui sont parfois caricaturées 
ou qui, lorsqu'elles empêchent des spectacles, à mon avis ne 
servent pas la cause qu'elles veulent défendre". 
    Medef, CGPME et Union professionnelle artisanale côté 
patronal, CFDT, CFTC et CFE-CGC côté syndical, se sont accordés 
le 24 mars au niveau interprofessionnel sur un document de 
cadrage, rejeté par la CGT et Force ouvrière (FO).   
    Ce document demande aux organisations représentant les 
artistes et les techniciens, ainsi que leurs employeurs, de 
s'entendre sur des règles spécifiques d'indemnisation qui, "a 
minima, ne conduisent pas à augmenter l'écart entre celles-ci et 
les règles d'indemnisation du régime de droit commun". 
    Il fixe à au moins 105 millions d'euros par an les économies 
à faire par le régime des intermittents si l'Etat accepte de 
mettre la main à la poche, 185 millions dans le cas contraire.   
  
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant