France-Augmentation des bourses des étudiants modestes

le
4

PARIS, 17 août (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé dimanche une revalorisation des bourses des étudiants modestes au moment où l'Unef publie une enquête qui montre que le coût d'une année d'étude dans l'enseignement supérieur a coûté 2% de plus sur l'année écoulée. L'Union nationale des étudiants de France souligne dans cette enquête que l'accroissement des loyers et l'augmentation des frais obligatoires, comme les frais d'inscription et les cotisations de Sécurité sociale, ont entraîné une hausse du coût de la vie étudiante quatre fois supérieure à l'inflation. Le syndicat dénonce aussi dans un communiqué publié dimanche le gel des bourses pour les 640.000 étudiants concernés. "Avec 799 euros par mois de dépense moyenne pour un étudiant décohabitant, le coût des études est devenu de plus en plus difficile à supporter pour les familles", affirme l'Unef. "Le budget d'un étudiant représentait 43% du revenu médian en 2011, il atteint 48% en 2014." La proportion d'étudiants salariés à temps plein est en outre passée de 18,5 à 29,6% entre 2006 et 2014, selon cette enquête. L'Unef exige donc la revalorisation à la rentrée des bourses à la hauteur de la hausse du coût de la vie, soit 2%, et le déblocage de 200 millions d'euros, notamment pour augmenter de 50 euros par mois, à 550 euros, le montant de la bourse maximale afin d'atteindre le montant d'un RSA. Le ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon, et la secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, ont répondu dimanche en promettant la revalorisation de l'ensemble des bourses sur critères sociaux à hauteur de 0,7 % en septembre 2014, soit au-dessus de l'inflation constatée sur l'année (0,5 %). "Il s'agit d'une décision forte en faveur du pouvoir d'achat des étudiants", disent-ils dans un communiqué. Ils confirment la poursuite, en 2014-2015, de la réforme des bourses étudiantes engagée en 2013 qui entraîneront notamment dès septembre prochain la création de 77.500 nouvelles bourses annuelles de 1.000 euros pour les étudiants des classes moyennes modestes ne bénéficiant d'aucune aide jusqu'à présent. "Au total, sur trois ans, ce sont 458 millions d'euros d'investissements supplémentaires consacrés par le gouvernement aux bourses étudiantes sur critères sociaux", expliquent-ils. Benoît Hamon et Geneviève Fioraso rappellent que 40.000 logements étudiants supplémentaires seront construits pendant le quinquennat et insistent sur le fait que la revalorisation des droits d'inscription sera la plus faible depuis 10 ans. Hors paiement de la cotisation de sécurité sociale étudiante, l'inscription en licence en septembre 2014 s'élèvera ainsi à 184 euros, une augmentation d'un euro par rapport à 2013, celle en master à 256 euros (+ 2 euros), et celle en doctorat à 391 euros (+ 3 euros). (Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 17 aout 2014 à 20:53

    IL MANQUE TOUJOURS LA RÉDUCTION DES DÉPENSES DE L'ÉTAT.Réduire de moitié le nombre des députés plafonner leurs indemnités, avantages et retraites à 5 fois le SMIG.Supprimer le sénat. Supprimer les promotions automatiques à l'ancienneté dans la fonction publique,revenir: aux 40h hebdomadaires pour TOUS,aux 3 jrs de délais de carence en arrêt maladie pour TOUS,à la retraite à 65ans pour TOUS.Réduire de moitié le nombre des élus dans les nouvelles régions

  • FullOil le dimanche 17 aout 2014 à 14:57

    merci qui ? vite 2017 marine

  • M8252219 le dimanche 17 aout 2014 à 14:55

    bientôt tous les étudiants serons modestes et encore plus

  • M940878 le dimanche 17 aout 2014 à 14:04

    et on persiste dans l'assistanat !