France-Angleterre, gagner pour rebondir

le
0

Alors que le XV de la Rose est en passe de réaliser le Grand Chelem, la France cherche à rebondir suite au revers en Ecosse. Les Bleus donneront tout pour empêcher l'Angleterre de finir le Tournoi sans la moindre défaite ce samedi (21h00). Ce Crunch s'annonce bouillant.

« Gommer les erreurs ». Que ce soit Maxime Machenaud ou Guilhem Guirado, les joueurs de l’équipe de France savent ce qui leur reste à faire. En effet, face à la meilleure équipe du Tournoi, l'Angleterre, samedi soir au Stade de France (21h00), les Bleus ne pourront pas se permettre de faire autant d’erreurs qu’en Ecosse sous peine de prendre une leçon à l’anglaise. « Nous allons tout faire pour les empêcher de faire le Grand Chelem et pour ne pas en prendre une. C’est notre seule envie, relever ce grand défi » explique le demi de mêlée Maxime Machenaud. D'autant plus que l'équipe de France a pris l'habitude de s'incliner face aux Anglais, sur les neuf dernières rencontres dans le Tournoi, le XV de la Rose a gagné sept matchs. Pour rappel, le match de l'an passé avait été époustouflant offensivement (55-35) et une défaite presque encourageante pour les Bleus. Pour faire bonne figure face au XV de la Rose, l’état d’esprit sera déterminant mais répondre à l’impact physique le sera tout autant. Tout le monde se rappelle du plaquage dévastateur de Courtney Lawes sur Jules Plisson lors du match de l'année dernière. Pour pouvoir lutter face à la puissance anglaise, Guy Novès a remanié sa troisième ligne avec la rentrée de Bernard Le Roux et Loann Goujon.

En effet, le profil défensif du Racingman sera d’une importance capitale face à une équipe joueuse et l’un des meilleurs numéro 8 du monde, Billy Vunipola. En grande forme depuis le début du Tournoi, le troisième ligne centre devra être arrêté, et rapidement, pour ne pas qu’il mette le XV de la Rose sur orbite. Jeff Dubois l’avait dit à la suite de la défaite en Ecosse, la prestation défensive de l’équipe n’avait pas été à la hauteur : « Nous n’étions pas assez agressifs en défense durant la première période. Nous n’allions pas assez les chercher. ». L’Angleterre devrait être à l’image de ce qu’elle montre depuis le début du VI Nations, Eddie Jones n’ayant procédé qu’à deux changements. Mako Vunipola sera à droite de la mêlée et Danny Care titulaire à la mêlée.

Être moins pénalisé et tenir le ballon

Dire que les Français ont été trop pénalisés et ont commis trop de fautes de main face aux Ecossais est un euphémisme. Les Bleus ont commis onze en-avant et ont concédé treize turnovers, ce qui explique d’ailleurs le faible taux de possession, 41%. Pour ce qui est des pénalités, les Français ont en concédé onze le week-end dernier. Maintenant, depuis le début du Tournoi, l'Angleterre est bien plus pénalisée que la France avec 51 pénalités contre 36 pour les Bleus. Des chiffres du dernier match qui reste bien trop importants au niveau des fautes de main pour espérer quelque chose. Pourtant, Guirado l’assure, quand la France tient le ballon, elle est dangereuse. « Les seules séquences où nous avons tenu le ballon plus de quatre temps de jeu, nous avons marqué deux essais ». Mais voilà, la défense de l’Angleterre n’est pas celle de l’Ecosse. Les joueurs d’Eddie Jones ont la meilleure défense du Tournoi avec seulement quatre essais concédés. La résurrection de Chris Robshaw en est sûrement une explication. De plus, les Anglais se connaissent bien. C’est sensiblement la même équipe avec Eddie Jones que durant la Coupe du Monde. Si les automatismes sont là, pas de doute, le talent l’est aussi avec les Joseph, Ford, Watson...

Enfin, les Bleus doivent soigner leurs problèmes en conquête. Même si l’arbitrage n’a certes pas été toujours à l’avantage des Bleus, la mêlée française a tout de même été en difficulté face aux Ecossais pourtant pas toujours souverains dans ce secteur. Même si le cinq de devant reste inchangé, la performance du pack devra être bien meilleure face aux Anglais. En gagnant ce samedi, les Français termineraient leur Tournoi des VI Nations de manière positive. Le XV de France aurait en effet plus de victoires que de défaites. Un bilan pas forcément incroyable mais qui permettrait d’enclencher une dynamique et de sortir la tête haute.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant