France-Alliance appelle à manifester contre la "haine anti-flic"

le
2
    PARIS, 4 mai (Reuters) - Le syndicat de policiers Alliance a 
appelé mercredi à une journée de manifestations partout en 
France le 18 mai pour dénoncer un sentiment de défiance à 
l'égard des forces de l'ordre, qualifié de "haine anti-flic". 
    Selon Alliance, ce climat met à l'épreuve des policiers déjà 
"épuisés" dans le contexte de l'après-attentats et du mouvement 
contre le projet de réforme du Code du travail. 
    "Alliance Police Nationale s'indigne de cet acharnement 
irresponsable à vouloir faire croire que les policiers sont des 
brutes sauvages qui frappent aveuglément sur la jeunesse", 
peut-on lire dans un communiqué du syndicat.  
    "Alliance Police Nationale dénonce cette démagogie 
idéologique qui prône la haine et la violence contre la police 
républicaine", lit-on également. 
    La journée de mobilisation prendra la forme de 
rassemblements dans les grandes villes de France, notamment à 
Paris sur la place de la République, précise un porte-parole. 
    Le syndicat policier souligne par ailleurs que des 
"centaines" de membres des forces de l'ordre ont été blessés 
depuis le début de la mobilisation anti-loi Travail, il y a près 
de deux mois. 
    Mardi, sept d'entre eux ont été blessés à Nantes en marge 
d'une nouvelle manifestation et, mercredi, trois ont été 
légèrement touchés lors d'incidents survenus lors de 
l'évacuation - à laquelle se sont opposés des manifestants - 
d'un lycée parisien occupé par des migrants. 
    "Ces violences qui ont eu lieu contre des policiers, c'est 
plus de 300 policiers qui ont été blessés depuis le début 
d'année, sont parfaitement inadmissibles et clairement et 
totalement condamnées", a déclaré mercredi le porte-parole du 
gouvernement, Stéphane Le Foll. 
    "Les policiers (...) essaient de protéger les manifestants 
et le droit de manifester. Ceux qui se prêtent aux actions 
violentes contre la police sont ceux qui sont en 
irresponsabilité", a-t-il ajouté. 
    Les manifestants parlent à l'inverse de brutalité policière. 
        
 
 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 7 mois

    Pas un mot sur les centaines de manifestants pacifiques bléssésalors qu'ils ne faisaient qu'exercer leur droit constitutionnel de manifester. Pas un mot sur le jeune de 20 ans qui, alors qu'il avait quitté la manifestation, a perdu un oeil après un tir tendu de flashball complètement illégal puisque les tirs doivent être effectués sous le genou. Ignoble.

  • g.joly1 il y a 7 mois

    300 bléssés selon la police, 8 selon les manifestants.