France-Allemagne : l'euro explique la divergence

le
0
DÉCRYPTAGE. Par une étrange ruse de l'histoire, jamais Paris et Berlin ne se sont trouvées dans des positions aussi différentes que depuis qu'elles ont la même monnaie.

Gerhard Schröder n'a jamais été tendre avec ses amis socialistes français. À l'automne 1997, il n'était pas encore chancelier mais simplement le premier ministre du Land de Basse-Saxe. Il avait eu ce commentaire après avoir rencontré Dominique Strauss-Kahn, ministre des Finances de Jospin et père spirituel de la réduction du temps de travail: «J'espère que la France décidera de passer à la semaine de 35 heures à salaire constant, car cela sera bon pour l'industrie allemande.»

Son espoir a été pleinement réalisé. La Basse-Saxe, qui abrite les principales usines de Volkswagen, a tiré bénéfice du regain de santé du constructeur automobile. Et aujourd'hui Schröder s'étonne à nouveau: «Les promesses de campagne du président français vont se briser sur la situation économique», vient-il de ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant