France-Allemagne : idées reçues et réalités sur l'énergie

le
0

Au moment où Angela Merkel arrête les sept plus vieux réacteurs nucléaires de son pays, une étude récente comparant la production, le bouquet et la consommation énergétiques de l'Allemagne et de la France vient opportunément éclairer le débat. Et bat en brèche quelques idées reçues.

Une France plus pétrolivore

Bernard Laponche, cofondateur de l'association Global Chance, a publié le 11 février - juste un mois avant le tsunami du Japon - une étude comparative sur la consommation d'énergie en France et en Allemagne. Ancien ingénieur du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), spécialiste de l'énergie, Bernard Laponche ne fait pas mystère de son hostilité au nucléaire. Il a notamment été conseiller de Dominique Voynet au ministère de l'Environnement. Son rapport de 72 pages, fourmille de chiffres. Il prétend, à juste titre selon moi, «dépasser les poncifs les plus courants», à savoir «une Allemagne arc-boutée sur le charbon, aux voitures et à l'in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant