France-Alain Juppé et Emmanuel Macron plébiscités pour 2017

le
0
    * Le ministre de l'Economie détrône Valls 
    * Hollande et Sarkozy en retrait 
    * Pour Valls, Hollande reste le candidat naturel de la 
gauche 
    * "En l'état, Hollande ne peut pas l'être", réplique Duflot 
 
    PARIS, 17 janvier (Reuters) - Alain Juppé et Emmanuel Macron 
se disputent les faveurs des Français pour l'élection 
présidentielle de 2017 alors que François Hollande et Nicolas 
Sarkozy sont relégués aux dernières places dans un sondage Odoxa 
publié dans Le Parisien Dimanche. 
    L'ancien Premier ministre, actuel favori de la primaire de 
la droite et du centre de novembre prochain, et le ministre de 
l'Economie, dont la popularité et la liberté de ton irriteraient 
au plus haut point Manuel Valls, selon des sources 
gouvernementales et parlementaires, sont crédités respectivement 
de 57% et 53% de bonnes opinions. 
    Le Premier ministre est en troisième position derrière 
Emmanuel Macron avec 48% de bonnes opinions. Suivent François 
Bayrou (43%), Marine Le Pen (27%) à égalité avec Jean-Luc 
Mélenchon (27%), François Hollande (25%), Nicolas Sarkozy (23%) 
et Cécile Duflot (19%). 
    L'institut a testé plusieurs scénarios pour le second tour 
de l'élection présidentielle. Une candidature d'Emmanuel Macron 
est pour la première fois retenue à gauche. 
    Dans l'hypothèse d'une qualification de la présidente du 
Front national pour le second tour, Alain Juppé s'imposerait 
avec 70% des voix. 
    Emmanuel Macron recueillerait 65% des voix, Nicolas Sarkozy 
56% et François Hollande 54%. 
    Christian Estrosi (les Républicains), qui a pris ses 
distances avec Nicolas Sarkozy, a déclaré dimanche qu'il 
soutiendrait pour la primaire "celui qui sera capable comme nous 
l'avons fait en PACA ou dans le Nord de battre Mme Le Pen en 
2017". 
    "Celui qui aura le plus de capacités à réformer le pays, à 
réunir autour des valeurs de la République pour battre Mme Le 
Pen en 2017", a dit le nouveau président de la région 
Provence-Alpes-Côte d'Azur au "Grand rendez-vous" Europe 1-Le 
Monde-iTELE. 
    A gauche, où l'idée d'une primaire fait son chemin, 
l'écologiste Cécile Duflot estime dans un entretien publié 
dimanche dans Mediapart qu'"en l'état, Hollande ne peut pas" 
être candidat de la gauche et des écologistes en 2017. 
    "François Hollande tourne le dos à tous les engagements qui 
ont permis le rassemblement victorieux de 2012, seul capable de 
le faire réélire en 2017", juge-t-elle notamment. 
    Invité de l'émission "On n'est pas couché" diffusée dans la 
nuit de samedi à dimanche sur France 2, Manuel Valls a affirmé 
que François Hollande était le "candidat naturel" de la gauche 
pour 2017. 
    "Je pense que le président de la République sortant n'a pas 
à se soumettre à une primaire, qui ne concernera d'ailleurs pas 
toute la gauche", a-t-il déclaré. 
    L'enquête Odoxa a été réalisée les 14 et 15 janvier auprès 
d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la 
population française âgée de 18 ans et plus. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant