France-A Saint-Nazaire, STX construit la "merveille" de MSC

le
0

SAINT-NAZAIRE, Loire-Atlantique, 20 avril (Reuters) - Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ont entamé lundi la construction du MSC Meraveglia, commandé en mars 2014 par la compagnie de croisières italo-suisse au prix d'un accord de compétitivité qui avait divisé les syndicats. Long de 315 mètres et large de 43, le premier navire de la série "Vista", dont le nom signifie "merveille" en italien, devra être livré en mai 2017, pourra transporter 5.700 passagers et 1.536 membres d'équipage. La découpe de la première tôle a eu lieu lundi. Plus écologique que ses prédécesseurs, il est "le plus grand navire jamais construit par un armateur européen", souligne-t-on chez MSC, qui a commandé douze navires en dix ans aux ex-chantiers de l'Atlantique. Dans le cadre de ce contrat, le "Meraveglia" sera suivi par un second navire identique, dont la fin de la construction est prévue au printemps 2019. Quatrième compagnie de croisières au monde, MSC n'a pas dit lundi si elle comptait lever l'option pour deux paquebots supplémentaires, mais elle entend se développer sur le marché allemand, ce qui ouvrirait des perspectives aux constructeurs. La commande des deux premiers paquebots de la série "Vista" avait été signée en mars 2014 grâce à un "accord de compétitivité" qui avait conduit les salariés de STX à renoncer à une partie de leurs avantages et avait divisé les syndicats. "L'accord de compétitivité a été signé alors que nous étions dans une négociation commerciale difficile avec MSC, qui avait une exigence de prix très basse", a rappelé Laurent Castaing, directeur général de STX France, en marge de la cérémonie. "Et une des façons de l'atteindre a été cet accord de compétitivité, incontestablement ! Sans ça, il manquerait des millions d'euros et en général, dans l'industrie, on ne prend pas de commandes en perdant des millions d'euros." Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire ont aujourd'hui quatre autres paquebots à construire, pour l'armateur Royal Caribbean Cruises Ltd (RCCL) et sa filiale "premium" Celebrity Cruises. Le carnet de commandes, plein jusqu'en 2020, a ainsi conduit l'entreprise à recruter 500 personnes en l'espace de trois ans. La question d'une vente des chantiers par leur maison-mère, le conglomérat sud-coréen STX, n'a pas, elle, connu d'avancée majeure récemment, selon Laurent Castaing. "Comme je l'ai indiqué en début d'année, le dossier de vente a été remis à jour pour être montré à de futurs acquéreurs", a déclaré le directeur général de STX France aux journalistes. "Mais il n'y a pas de calendrier de cession, de process précis... Je répète, encore une fois, que le statu quo reste l'une des issues possibles." (Guillaume Frouin, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant