France-A Rennes, Cazeneuve promet la fermeté contre les casseurs

le
0
 (Avec informations complémentaires, changement de date-line) 
    RENNES, Ille-et-Vilaine, 15 mai (Reuters) - Lors d'une 
visite à Rennes, théâtre de violences ces derniers jours, le 
ministre de l'Intérieur a promis dimanche une "fermeté totale" 
contre les casseurs qui attaquent les forces de l'ordre et les 
biens en marge des manifestations contre la loi travail. 
    Bernard Cazeneuve, venu dans la ville bretonne saluer les 
forces de l'ordre, a également annoncé l'envoi de 88 policiers 
et gendarmes en renfort dans le département d'Ille-et-Vilaine 
d'ici le 1er septembre. 
    Il a dénoncé l'"extrême violence" de plusieurs centaines de 
casseurs qui ont dévasté le centre de Rennes vendredi et s'en 
sont pris à des installations publiques, des commerces, des 
banques, ainsi qu'à la permanence du Parti socialiste. 
    "Aucun territoire de France n'a vocation a être pris en 
otage par des activistes violents qui sont très loin des 
principes, des valeurs et du respect des institutions de la 
République", a déclaré le ministre. 
    A Rennes, Nantes et dans d'autres villes françaises, les 
défilés contre la loi travail ont donné lieu ces derniers mois à 
des heurts violents avec les forces de l'ordre et des 
déprédations importantes.  
    Biens publics et privés, banques commerces ou permanences du 
Parti socialiste ont notamment été pris pour cibles. 
    "Le maintien de l'ordre est plus difficile qu'il ne l'a 
jamais été", a constaté le ministre de l'Intérieur. "Lorsque 
l'Etat veut assurer la liberté de manifestation, les forces de 
l'ordre se trouvent en butte avec des groupes d'une extrême 
violence (...) qui sont là pour casser, détruire, pour exprimer 
la haine de l'Etat, de l'institution." 
    "Cela est intolérable et cela ne sera pas toléré" parce que 
"si le droit de manifester est sacré, il n'y a pas de droit de 
casser", a ajouté Bernard Cazeneuve. "La fermeté sera totale." 
    Il a notamment dit que les forces de l'ordre resteraient 
mobilisées "en nombre" à Rennes, où une manifestation a été 
interdite samedi après les incidents de vendredi, consécutifs à 
l'évacuation d'une salle municipale occupée par des militants de 
Nuit Debout et des opposants à la loi travail. 
    Bernard Cazeneuve a précisé au passage que 1.300 personnes 
avaient été interpellées, 819 placées en garde à vue et 51 
condamnées en France depuis le début des manifestations contre 
le projet de réforme du code du travail il y a deux mois. 
    Il a également renouvelé ses appels aux forces de l'ordre à 
être "irréprochables", dans la période de tension actuelle. 
    "Je ne veux pas que le comportement de quelques-uns puissent 
rejaillir sur la réputation de tous les autres", a-t-il déclaré, 
soulignant que les enquêtes sur la blessure qui a coûté un oeil 
à un étudiant le 28 avril, à Rennes, iraient à leur terme. 
    "Toute la vérité sera faite", a promis Bernard Cazeneuve. 
    "Vous savez parfaitement que tout ce qui sera fait pour 
maintenir l'ordre (...) ne fera l'objet d'aucun remerciement et 
que toutes les difficultés et les manquements vous seront 
imputables et notamment au premier d'entre vous, le ministre de 
l'intérieur", a-t-il ajouté à l'adresse des policiers. 
 
 (Pierre-Henri Allain, édité par Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant