France-700.000 personnes en hommage aux victimes des attentats

le
4

* "Nous sommes un peuple qui ne se taira jamais"-pancarte * "Soyez nombreux", lance Valls à la veille de la marche à Paris (Actualisé avec Cazeneuve, chiffre à Marseille) PARIS, 10 janvier (Reuters) - Quelque 700.000 personnes ont défilé samedi dans plusieurs villes de France pour rendre hommage aux 17 victimes des trois attentats djihadistes qui ont suscité une vague d'émotion dans le pays et à l'étranger. "Aujourd'hui, 700.000 de nos concitoyens ont défilé sur l'ensemble du territoire national", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à la presse. "Il s'agit là d'une réaction de sursaut républicain, de rassemblement". Sans attendre la mobilisation de dimanche, 23.000 personnes selon la police, 30.000 selon la mairie, ont défilé en silence sur la promenade des Anglais à Nice, brandissant des pancartes "Je suis Charlie", en référence à l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo où 12 personnes ont été tuées mercredi. "Profitez de cette marche silencieuse car nous sommes un peuple qui ne se taira jamais", pouvait-on lire sur une pancarte. La marche, à laquelle de nombreuses familles ont participé, s'est achevée devant le monument aux morts où une gerbe a été déposée en présence des représentants des différentes religions. "Je suis à mon neuvième mois de grossesse et, étant enceinte, c'est encore plus important de défendre nos valeurs de liberté, égalité, fraternité", explique Piérine, âgée de 29 ans. "Je veux que ma petite arrive dans un monde meilleur." A Toulouse, 120.000 personnes, selon la police, sont parties symboliquement à 14h30 des allées Jean-Jaurès, le fondateur du journal L'Humanité assassiné en 1914. Le cortège a ensuite sillonné les grandes artères de la Ville rose en silence, ponctuant le parcours de plusieurs séries d'applaudissements. Au milieu des écriteaux "Je suis contre le racisme", "Je suis pour la laïcité" ou encore "Ils veulent nous réduire au silence, ils n'auront obtenu qu'une minute", l'écrivain toulousain Pascal Dessaint s'est dit "sous le choc" de cette "agression terrifiante" contre la liberté. "C'est nous tous qui avons été visés. Ils ont tiré sur nous tous. C'est une atteinte à la liberté au sens plein, la liberté de vivre, de croire, d'agir, de créer, d'aimer. Je suis sous le choc et je n'arrive pas à me relever mentalement", a-t-il déclaré. REFUS DE LA BARBARIE Portant bien haut la "une" du numéro de Charlie Hebdo consacrée aux caricatures de Mahomet, Mohamed, originaire de Tunisie, est venu avec sa famille dire son refus de "la barbarie". "Nous ne sommes pas tous des intégristes, on peut être musulman et être contre toute cette barbarie. C'est pour cela que c'est important d'être là, de le dire. Vous savez, je suis arrivé en France à l'âge de 16 ans et c'est Cabu et Wolinski qui m'ont fait aimer la France, la liberté d'expression, la liberté simplement. Acheter Charlie Hebdo, ça me fait du bien", explique Mohamed. A Nantes, selon la police, 75.000 personnes ont manifesté sous une pluie fine mais continue derrière une banderole "Vivre ensemble, libres, égaux et solidaires". La marche a été ponctuée de salves régulières d'applaudissements, tandis que certains manifestants entonnaient la Marseillaise. "Ils voulaient tuer Charlie, ils l'ont rendu immortel", disait ainsi le panneau tenu par l'un d'eux. A Orléans, 22.000 personnes, selon la police, se sont rassemblées et se sont longuement recueillies sur la place principale de cette ville d'un peu plus de 100.000 habitants. "Je, tu, il, elle, nous sommes Charlie", pouvait-on notamment lire sur une banderole. A Pau (Pyrénées-Atlantiques), entre 31.000, selon la police, et 40.000, selon la mairie, sont descendues dans la rue en mémoire des victimes. Une minute de silence a été observée, de longs applaudissements ont également marqué le rassemblement comme la Marseillaise chantée en choeur par la foule. "SOYEZ NOMBREUX", DIT VALLS A Marseille, 50.000 personnes, selon le police, ont défilé du Vieux-Port jusqu'au quartier de Castellane. Les partis et les syndicats de gauche étaient présents, les partis de droite ayant indiqué leur intention de se rassembler plutôt dimanche autour du maire UMP Jean-Claude Gaudin. A Lille, ce sont 40.000 personnes, selon la police, qui ont défilé en mémoire des victimes, en présence de la maire Martine Aubry. Une grande "marche républicaine" est quant à elle prévue dimanche à Paris en présence de François Hollande et de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement étrangers. "Soyez nombreux", a lancé le Premier ministre Manuel Valls samedi, lors d'une cérémonie de voeux à Evry (Essonne). "Ce sera une manifestation inouïe qui va rester sans aucun doute dans les annales, qui doit montrer la puissance, la dignité du peuple français qui va crier son amour de la liberté et de la tolérance." "Le terrorisme souhaite que nous nous terrions chez nous, la plus belle des réponses c'est celle que le peuple français donne depuis mercredi par des mobilisations spontanées", a-t-il ajouté. (Matthias Galante à Nice, Mourad Guichard à Orléans, Claude Canellas à Bordeaux, Jean-François Rosnoblet à Marseille, Johanna Decorse à Toulouse, Guillaume Frouin à Nantes, Pierre Savary à Lille, avec Marine Pennetier à Paris, édité par)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le samedi 10 jan 2015 à 21:30

    On voit encore des pro-Menteur 1°...Un "groupie" des 13% qui va être content de récupérer du pourcentage grâce a du sang...Et cela se dit républicain....

  • LeRaleur le samedi 10 jan 2015 à 18:00

    Les kamikazes ont du pain sur la planche. Maréchaussée, ouvrez l'œil.

  • M940878 le samedi 10 jan 2015 à 17:52

    g.joly : les sympathisants du FN sont les seuls républicains

  • patr.fav le samedi 10 jan 2015 à 14:51

    tout cela est organisés pour faire peur aux gens pour les futur élections nationale et pour faire maintenir la france dans l'europe : et si cela avait été des citoyens quelconque il y aurait des rassemblement mais pas comme cela n'oubliez pas antoine et vincent se fut des citoyens abattu au niger non pas été considérer comme des journalistes enleveés ;donc les médias et les politiques et l'europe manipulent les citoyens à leur convenance ,MANIPULATION !!