France-36 ans après, la justice rouvre le dossier Boulin

le
0

(Actualisé avec avocate) PARIS, 10 septembre (Reuters) - La justice a décidé de rouvrir le dossier Robert Boulin, le ministre du Travail gaulliste retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet, près de Paris, a-t-on appris auprès de l'avocate de la famille, Me Marie Dosé. Trente-six ans plus tard, une information judiciaire pour "arrestation, enlèvement et séquestration suivi de mort ou assassinat" a été ouverte par le Tribunal de grande instance de Versailles, précise France info, qui a révélé l'information. "C'est une grande victoire pour la famille Boulin, qui attend qu'un juge d'instruction indépendant soit saisi depuis plus d'une décennie et que toute la lumière soit enfin faite", a déclaré à plusieurs médias Marie Dosé, avocate de Fabienne Boulin-Burgeat, la fille de l'ancien ministre. Une première information judiciaire avait conclu à un suicide mais la fille de l'ancien ministre a toujours été persuadée qu'il avait été assassiné. Dans les années 1980, la famille Boulin avait déposé plainte pour homicide volontaire. Un non-lieu avait finalement été rendu en 1992. Fabienne Boulin a déposé une ultime plainte auprès de la doyenne des juges de Versailles, se basant notamment sur un témoignage révélé par Benoît Collombat, journaliste de la cellule "Enquête investigation" de Radio France. Ce témoin dit avoir vu Robert Boulin dans sa voiture, avec deux individus, dont l'un au volant du véhicule du ministre, juste avant sa mort. Robert Boulin serait mort peu de temps après cette scène, entre 18 et 20 heures. Neuf fois ministre sous la Ve République, Robert Boulin était, à l'époque, pressenti comme successeur potentiel de Raymond Barre à Matignon. Courant octobre 1979, il avait été visé par une campagne de dénigrement au sujet d'une éventuelle acquisition irrégulière d'un terrain sur la commune de Ramatuelle (Var) par l'intermédiaire d'une connaissance, Henri Tournet. M. Tournet avait vendu le terrain plusieurs fois, mais mon père ne s'est pas suicidé puisqu'il n'était coupable dans cette affaire d'aucune infraction. La preuve, nous y sommes toujours", avait déclaré Fabienne Boulin-Burgeat au Monde en mai dernier. Avec l'aide d'une succession d'avocats, la fille de l'ancien ministre a dit avoir relevé relevé "77 anomalies" dans le dossier. (Gérard Bon, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant