FRANCE 2017-Macron devient le huitième président de la Ve République

le
0
    * Passation de pouvoir avec Hollande 
    * Emotion lors de la cérémonie à l'Elysée 
    * Macron dit sa détermination à "rassembler" la France 
 
 (Actualisé avec détails) 
    par Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey 
    PARIS, 14 mai (Reuters) - Emmanuel Macron est devenu 
dimanche, à 39 ans, le huitième président de la Ve République 
française au terme d'une cérémonie de passation de pouvoir avec 
François Hollande placée sous le signe de la gravité. 
    Réconciliation et détermination ont été les mots-clés du 
premier discours du nouveau chef de l'Etat dans une salle des 
fêtes où l'émotion était palpable, à l'orée d'un quinquennat 
durant lequel Emmanuel Macron a dit son ambition de faire de la 
France un pays "où l'on peut vivre sans avoir peur".  
    "Les Français ont choisi le 7 mai dernier l'espoir et 
l'esprit de conquête", a-t-il dit, après avoir été proclamé 
président à l'annonce des résultats de l'élection par le 
président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius.  
    "Rien ne sera concédé à la facilité, ni au compromis, rien 
n'affaiblira ma détermination", a-t-il promis. "J'aurai dans le 
même temps la volonté constante de réconcilier et rassembler 
l'ensemble des Français".   
    Dans son message de voeux, Laurent Fabius a cité 
Chateaubriand. "Pour être l'homme de son pays, il faut être 
l'homme de son temps", a dit l'ancien Premier ministre, pour qui 
la mission du nouveau président sera d'"apaiser les colères, 
réparer les blessures, lever les doutes, tracer la route et 
incarner les espoirs".  
    Comme le veut la tradition, le nouveau président s'est fait 
présenter le grand collier de la Légion d'honneur avant d'aller 
saluer, un à un, les quelque 300 invités massés sur la moquette 
cramoisie du palais présidentiel, tandis que résonnaient des 
airs joyeux signés Mozart et Offenbach.   
    On pouvait reconnaître des membres de sa famille, dont ses 
parents, son épouse Brigitte - avec qui il vivra à l'Elysée -, 
les enfants de cette dernière et des personnalités politiques 
comme l'ancien Premier ministre socialiste, Lionel Jospin. 
     
    HOLLANDE LUI SOUHAITE "BON COURAGE"      
    Étaient aussi présents des représentants du Parlement, des 
syndicats, des autorités religieuses - à qui Brigitte Macron a 
demandé de "prier, beaucoup" pour son mari - et des compagnons 
de la première heure d'Emmanuel Macron comme Christophe 
Castaner, Benjamin Griveaux et Gérard Collomb, dont certains 
étaient émus aux larmes.  
    L'entourage du nouveau président a fait savoir que le nom du 
nouveau Premier ministre serait connu lundi, et la composition 
du gouvernement, mardi.  
    Emmanuel Macron doit aller dès lundi saluer la chancelière 
Angela Merkel à Berlin, avant une visite en fin de semaine aux 
troupes françaises en opération extérieures, a priori au Mali.  
    Arrivé à l'Elysée 10h00 (08h00 GMT) sous une pluie fine, le 
président élu a été accueilli par François Hollande, son ancien 
mentor avec lequel il s'est entretenu pendant plus d'une heure 
dans le bureau présidentiel.  
    Très applaudi par ses collaborateurs à sa sortie, François 
Hollande a échangé une longue poignée de main avec son 
successeur, à qui il a souhaité "bon courage" avant de se rendre 
au siège du Parti socialiste, qu'il avait dirigé pendant 11 ans 
avant d'entrer à l'Elysée.  
    Après la cérémonie d'intronisation, Emmanuel Macron a passé 
en revue les troupes et écouté sa première Marseillaise de 
président dans les jardins de l'Elysée tandis que résonnaient 21 
coups de canon.  
    Le président est ensuite monté dans un command car pour se 
rendre à l'arc de Triomphe via l'avenue des Champs-Elysées, où 
il a salué les passants, debout, entre deux averses.   
    Comme lors de sa première sortie de président élu à 
l'occasion du 8-Mai, Emmanuel Macron a salué les anciens 
combattants et ravivé la flamme du Soldat inconnu.  
    Il devait ensuite déjeuner à l'Elysée, puis s'entretenir 
avec son chef d'Etat major particulier, l'amiral Bernard Rogel, 
à propos des codes de la force de dissuasion nucléaire. 
    Une cérémonie était prévue dans l'après-midi à l'Hôtel de 
Ville de Paris.  
    
    Voir aussi : 
    Kohler secrétaire général de l'Elysée, Etienne "sherpa" de 
Macron   
    Macron n'a pas dérogé à la tradition des DS présidentielles 
  
 
 (avec Marine Pennetier et Michel Rose) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant