FRANCE 2017-Les parrains de Macron seront exclus du PS-Cambadélis

le
8
    PARIS, 7 février (Reuters) - Les élus socialistes qui 
franchiront la "ligne rouge" du parrainage d'Emmanuel Macron, 
candidat à l'élection présidentielle en France, seront exclus du 
parti, ont déclaré mardi Jean-Christophe Cambadélis et 
Christophe Borgel.  
    Des parlementaires socialistes ont choisi de rejoindre le 
fondateur du mouvement En marche!, candidat hors primaire qui a 
pour l'instant de bons résultats dans les sondages d'opinion.   
    "J'ai dit et je n'ai pas bougé que ceux qui le 
parraineraient ne seraient plus au Parti socialiste", a déclaré 
Jean-Christophe Cambadélis sur RMC et BFM TV.  
    Interrogé sur le cas particulier du sénateur et maire de 
Lyon, Gérard Collomb, soutien de la première heure d'Emmanuel 
Macron, il sera exclu "bien sûr, sans problème" le cas échéant, 
a répondu le "patron" des socialistes.      
    "On ne peut pas être à la fois dans l'équipe du Parti 
socialiste et parrainer l'équipe adverse", a expliqué 
Jean-Christophe Cambadélis.  
    Une position confirmée par Christophe Borgel, l'un des 
organisateurs de la primaire de la gauche qui a vu la victoire 
de Benoît Hamon le 29 janvier dernier.      
    Le député s'est adressé sur LCP aux parlementaires "partis 
au compte-goutte et non pas à wagons entiers" chez Emmanuel 
Macron.   
    "Eux-mêmes considèrent qu'ils ont besoin de cette 
investiture socialiste. Pour eux, comme pour les autres, la 
ligne rouge c'est le parrainage", a-t-il déclaré. "Il faut 
travailler en tout moment au rassemblement".  
    "Ils ont été candidats en novembre devant les militants 
socialistes de leur circonscription. J'entends certains dire 'ce 
n'est pas le parti, ce sont les militants', mais tout cela forme 
un tout. Et l'investiture qu'ils ont revendiquée est 
l'investiture socialiste", a-t-il expliqué.  
    "C'est à eux de dénouer cette contradiction, soit en s'en 
tenant à une règle simple : on ne parraine pas un autre 
candidat, soit en allant au bout de leur logique, pour certains, 
en parrainant un autre candidat que le candidat socialiste".  
    Interrogé sur le cas de Richard Ferrand, secrétaire général 
du mouvement En marche! et candidat aux élections législatives 
dans le Finistère, Christophe Borgel s'est donné du temps.  
    "On verra où on en sera à la mi-mars", a-t-il dit. "Je ne 
préjuge de rien. Je leur suggère de ne préjuger de rien non 
plus".  
    La date limite du dépôt des parrainages des candidats par 
les élus est fixée au 17 mars. 
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 9 mois

    Le problème de notre pays ce sont les syndicats, qui peuvent bloquer impunément, comme au mois de mai, les raffineries, les routes et même les centrales nucléaires. Pensez-vous que les industriels sont prêts à prendre des risques ici, pour baisser le chômage ?

  • M2766070 il y a 9 mois

    voila un modèle de démocratie ...Lui il m épate ...tout les jours toutes les heures.... Je suis pret à bosser gratos, pour reconstruire la Bastille, rien que pour lui .....

  • 445566ZM il y a 9 mois

    Le parti au pouvoir nous amusera toujours.

  • M7097610 il y a 9 mois

    2010jpge, pour votre gouverne, ce sont ces "idiots" qu'il a "conseillé", si on peut appeler cela du conseil !

  • M7097610 il y a 9 mois

    je cherchais qui soutenait le PDG nullissime de france inter et j'ai compris maintenant ! Je comprends qui pompe mes impôts !

  • M7097610 il y a 9 mois

    Collomb est totalement gâteux du bellâtre qui pique 150 k€ dans la caisse du ministère pour lancer sans campagne ou faire la fête avec sa folle de France inter...

  • aerosp il y a 9 mois

    macron pdg bis de radio france

  • serge537 il y a 9 mois

    A MOINS QUE CE SOIT LE GREQUE QUI SOIT EXCLU