France 2017-Le ton monte entre Juppé et Fillon

le
9
    * Fillon accuse Juppé de "tomber bien bas" 
    * Juppé qualifie de "brutal" le programme économique de 
Fillon 
    * Il lui demande de clarifier sa position sur l'avortement 
    * "Rien n'est joué", dit Fillon avant le second tour 
 
    PARIS, 22 novembre (Reuters) - Le ton est monté mardi entre 
les deux prétendants à l'investiture de la droite pour la 
présidentielle, François Fillon accusant Alain Juppé de tomber 
"bien bas" après avoir vu son rival attaquer son programme 
économique et sociétal. 
    Alain Juppé, proche du centre, a lancé de violentes salves 
contre le projet de son adversaire, qu'il taxe de 
"traditionaliste" et à qui il oppose son "modernisme".  
    Après s'être concentré sur son programme économique jugé 
d'une "très grande brutalité sociale", il s'en est pris à ses 
positions sociétales, notamment sur l'avortement et le mariage 
homosexuel.  
    Le maire de Bordeaux lui a ainsi demandé mardi sur Europe 1 
de clarifier sa position sur l'avortement, qualifiée 
d'"ambiguë".  
    "C'est une polémique inqualifiable et jamais je n'aurais pu 
penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas", lui a rétorqué 
François Fillon lors d'un déplacement à Viry-Châtillon 
(Essonne).  
    "Que la campagne reprenne sa dignité et qu'on cesse des 
polémiques qui sont inqualifiables et qui franchement abaissent 
le niveau", a-t-il ajouté.  
    Lors d'une conférence de presse à son QG de campagne, 
plusieurs représentantes du réseau "Les femmes avec Fillon" ont 
défendu leur champion.  
    "François Fillon est injustement calomnié, caricaturé, 
vilipendé sur cette question de l'avortement. Il n'y a pas de 
sujet", a ainsi déclaré sa porte-parole Valérie Boyer. "François 
Fillon n'a jamais remis en cause le droit des femmes", a-t-elle 
ajouté. 
    François Fillon a déclaré par le passé qu'il ne changerait 
pas la législation sur le droit à l'avortement, même s'il était, 
en tant que croyant, personnellement opposé à cette pratique. 
    L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a largement 
devancé Alain Juppé au premier tour de la primaire de la droite, 
et reçu plusieurs ralliements de poids, de Nicolas Sarkozy à 
Bruno Le Maire en passant par Laurent Wauquiez. 
     
    "RÉACTIONNAIRE MOYENÂGEUX" 
    Face à une victoire possible de celui qui a bousculé tous 
les sondages en s'imposant au dernier moment, Alain Juppé a 
lancé l'offensive dès lundi soir.  
    Prié d'évoquer ses "désaccords" avec François Fillon, il a 
notamment cité "le rôle de la femme dans la société". 
    "Moi je suis très attaché à l'égalité entre les hommes et 
les femmes et au respect de ce que les femmes ont conquis depuis 
des années et des années, c'est-à-dire leur liberté de choisir 
leur famille et le moment où elles décident d'avoir des enfants 
par exemple", a-t-il déclaré.  
    Il a aussi rappelé que François Fillon, qui souhaite une 
réécriture de la loi "Taubira" sur le volet filiation, sans 
toutefois remettre en cause l'adoption simple par les couples de 
même sexe, était soutenu par "Sens commun", mouvement proche de 
la "Manif pour tous". 
    "François Fillon appartient à une famille traditionaliste, 
moi je suis plus ouvert au modernisme, je me sens plus proche du 
pape François que de Sens commun ou de la Manif pour tous", 
avait-il dit dès lundi soir.  
    Un procès en traditionalisme qualifié de "grotesque" par 
François Fillon, qui reproche à son adversaire d'abaisser le 
niveau de la campagne et de caricaturer ses idées.  
    "Je vois bien que les attaques pleuvent et les caricatures 
aussi", a-t-il déclaré mardi lors d'une réunion de ses soutiens 
parlementaires. 
    "Après m'avoir traité 'd'ultralibéral", on me peint sous les 
traits d'un 'réactionnaire moyenâgeux'. C'est grotesque et 
ridicule!", a-t-il ajouté, appelant ses soutiens à se concentrer 
"sur le fond des problèmes". "Rien n'est joué." 
 
 (Chine Labbé, avec Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3866838 il y a 2 semaines

    J'ai montré les photos de Fillon et de Juppé à un étranger, il m'a demandé en pointant Juppé; "Qui c'est ce clown?"

  • M8252219 il y a 2 semaines

    Les français sont égaux , Il n'y a pas deux type de citoyens , ceux qui bossent dans le privé dans le vent et les tempêtes de la mondialisation et les autres planqués sous le parapluie de la fonction publique et des statuts spéciaux , qui ne participe pas à la solidarité envers chômeurs( ils n'ont pas de taxes chômage sur salaire) pas plus que ne le fait l'état leur employeur , alors qu'ils n'ont aucun risque de chômage. Il n'y a pas deux sorte de citoyens

  • M7361806 il y a 2 semaines

    DU CALME PAPY !

  • M7166371 il y a 2 semaines

    fillon est un homme intègre et un patriote , il ne fait pas d'esbrouffe , il travaille beaucoup, il est compétent, sincère loyal et déterminé , pour moi ce sont des qualités d'homme d'Etat

  • franck8 il y a 2 semaines

    Fillon candidat de la droite, c'est du pain bénit pour la gauche.

  • franck8 il y a 2 semaines

    Sarkozy, Le Maire, Wauquiez, soutiens de poids ? Ils sont plutôt mortifères.

  • renard il y a 2 semaines

    Oui M716, et comme tout le monde s'en rend compte, cela va donner un très large score à François Fillon, il le mérite bien.

  • janaliz il y a 2 semaines

    Si dimanche 27 je pensais aller me promener, eh bien ma ballade sera pédestre jusqu'au bureau de vote... Il faut éradiquer AJ aussi minable que son vieux mentor !

  • M7166371 il y a 2 semaines

    90 % des médias sont de gauche et soutiendront juppé sans réserve , depuis lundi matin nous assistons à une montée en puissance du fillon bashing avec des attaques de plus en plus basses et mensongères