France 1998 : La sortie de Leb½uf n'a pas plu aux champions du monde

le
0
France 1998 : La sortie de Lebœuf n'a pas plu aux champions du monde
France 1998 : La sortie de Lebœuf n'a pas plu aux champions du monde

Au lendemain des propos de Frank Lebœuf sur son mal-être en finale de la Coupe du Monde 1998, ses partenaires de l’époque ont réagi avec déception. Tous se disent surpris par la sortie médiatique de l’ancien défenseur des Bleus.

Il y a deux mois presque jour pour jour, la France fêtait les dix-huit ans de son sacre mondial. Près de deux décennies après, Frank Lebœuf a rompu l’image immaculée de cette nuit historique du 12 juillet 1998. Sur SFR Sport vendredi soir, l’ancien défenseur central de l’équipe de France a évoqué son mal-être lors de la préparation de la finale de la Coupe du Monde contre le Brésil. L’ancien Marseillais a même évoqué cette journée comme « la pire » de sa vie. « Il n’y a pas un mec qui est venu me voir pendant les trois jours pour me dire : ‘’Ne t’inquiète pas, on a confiance’’. Pas un ! (…) Alors je n’en veux à personne, je peux comprendre, avec l’environnement et tout… Mais je me suis senti seul », a expliqué celui qui est devenu consultant TV depuis plusieurs années. Même Aimé Jacquet, le respectable et respecté sélectionneur de l’époque, en a pris pour son grade.

Lama : « S’il s’est senti seul, que devrais-je dire ? »

Alors c’est peu dire que les autres champions du monde 1998 n’ont pas goûté la sortie de leur ancien partenaire. Interrogés par L’Equipe ce dimanche, Bixente Lizarazu, Alain Boghossian et Bernard Lama se disent surpris et déçus par tant d’amertume. « Il a joué deux matchs, il est champion du monde à vie… Quelle que soit la façon dont on a vécu certaines choses, tout le monde en a profité », lui rappelle l’ancienne doublure de Fabien Barthez. Cantonné à un statut de remplaçant tout au long du Mondial, le Guyanais regrette que Frank Lebœuf n’ait pas conscience de sa chance. « S’il s’est senti seul, qu’est-ce que je devrais dire ? », s’interroge-t-il. « C’est juste du chambrage, ajoute Bixente Lizarazu au sujet d’une photo de l’ancien Strasbourgeois embrassant Slaven Bilic placardée à Clairefontaine avant la finale. On n’a jamais douté de lui, on savait que Frank allait tenir la route. D’ailleurs, il fait une grande finale. Il n’y a aucun problème. »

Boghossian : « Je ne trouve pas que ça ressemble à ce qu’il raconte »

« Je n’ai pas l’impression que ça ressemble à ce qu’il raconte, juge de son côté Alain Boghossian. En tout cas, je ne l’ai pas trouvé trop gêné pendant la finale. On savait tous qu’il avait les qualités pour répondre présent. » Particulièrement ciblés, Aimé Jacquet, Marcel Desailly et Didier Deschamps n’ont eux pas encore réagi. La proximité de l’annonce de la liste pour les matchs des Bleus contre la Bulgarie et les Pays-Bas, dans une dizaine de jours, pourrait être l’occasion pour le sélectionneur national de répondre à son ex-coéquipier. Mais dans ce groupe France 1998 qu’on savait déjà fissuré par certaines dissensions, le mal-être de Frank Lebœuf a créé un grand malaise.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant