Françaises tuées : les dix jours qui intriguent les enquêteurs

le
0
Le suspect, qui aurait un lien avec l'arme du crime, est toujours en détention dans une prison argentine. Les corps des deux Françaises devraient être rapatriés en fin de semaine.

C'est un drame toujours sans explication. Cinq jours après la découverte des corps de Cassandre Bouvier et Houria Moumni, la justice argentine a mis en détention un homme, Daniel Vilte, 24 ans, qui aurait un lien avec l'achat ou la vente de l'arme du crime. La grand-mère de ce maçon habite dans un petit village pauvre à quelques centaines de mètres des lieux où ont été retrouvés les cadavres des jeunes filles. Vilte habite lui à Salta, la capitale régionale, et serait père de deux enfants. Il est la cinquième personne arrêtée par la police, les quatre premières ayant été libérées.

La justice a du mal à établir les circonstances de la disparition de Cassandre et Houria. «Il y a un laps de temps sur lequel nous n'avons absolument rien. Aucun élément entre le 15 juillet et le jour de la découverte des corps. Nous n'avons ni témoignages, ni indices», a expliqué le juge Martin Pérez, responsable de l'enquête. Selon le ticket d'entrée, les jeunes femmes son

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant