Français de l'étranger : les Républicains trouvent un compromis

le , mis à jour le
0
Nicolas Sarkozy, le président des Républicains.
Nicolas Sarkozy, le président des Républicains.

Les Français de l'étranger habitant loin des grandes villes pourront voter par Internet, les autres devront se rendre dans des bureaux de vote dont l'implantation aura été soigneusement choisie au préalable par le comité et la haute autorité de la primaire. Voilà donc le compromis choisi par l'ensemble du bureau politique de LR ce mardi 17 mai. Mais chez Les Républicains comme dans une grande famille, avant de tomber d'accord, on se taquine, on s'emporte, on s'engueule. Morceaux choisis d'un BP gentiment agité.

« Cour d'école »

Une minute d'avance. À 17 h 59, le top départ du bureau politique est donné par Nicolas Sarkozy. Signe d'une grande ponctualité ou d'une inquiétante fébrilité ? « Quand des sujets importants vont être évoqués en BP, il aime démarrer pile à l'heure, c'est sa manière à lui de prendre les gens de court, d'installer de la gravité », juge un participant. Et, de l'avis de plusieurs membres du bureau, aujourd'hui, « Sarko était tendu ». Tendu parce que, quelle que soit l'issue du vote, en ouvrant ce bureau politique, il sait, il flaire, en fin politicien, que son image sortira écornée de cette bagarre ubuesque à laquelle les électeurs ont assisté avec désolation.

À peine prend-il la parole qu'il s'emmêle les pinceaux et parle de « la primaire de la gauche ». Pas question d'en rester là, Sarkozy saisit l'occasion pour lancer une blague en forme de pique à son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant