Français Bayrou espère ne pas s'être trompé sur Edouard Balladur

le
1
FRANÇOIS BAYROU ESPÈRE NE PAS S'ÊTRE TROMPÉ EN SOUTENANT ÉDOUARD BALLADUR EN 1995
FRANÇOIS BAYROU ESPÈRE NE PAS S'ÊTRE TROMPÉ EN SOUTENANT ÉDOUARD BALLADUR EN 1995

PARIS (Reuters) - François Bayrou a déclaré jeudi qu'il espérait ne pas s'être trompé sur Edouard Balladur dont le financement de la campagne présidentielle de 1995 est au coeur de l'enquête sur le volet financier de l'attentat de Karachi.

Entendu la semaine dernière par la justice, l'homme d'affaires Ziad Takieddine a reconnu avoir financé la campagne via des rétrocommissions issues de contrats d'armements.

Il a notamment avoué avoir remis six millions de francs (1,22 million d'euros) à Thierry Gaubert, un proche d'Edouard Balladur et ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly, lors de trois voyages à Genève (Suisse) à la fin de 1994.

"C'est un élément extrêmement troublant", a dit sur RTL François Bayrou, ancien ministre de l'Education nationale du gouvernement Balladur et ancien soutien de l'ex-Premier ministre lors de la campagne présidentielle de 1995.

"Je soutenais Edouard Balladur, je ne soutenais pas le financement de la campagne dont je ne savais rien", a souligné le président du MoDem. "Je soutenais Balladur parce que je pensais qu'il rompait avec un certain nombre des travers des systèmes antérieurs, je le croyais de bonne foi (...) Pour moi c'était la principale raison de mon soutien et j'espère que je ne me suis pas trompé", a-t-il ajouté.

Pour l'ancien troisième homme de la présidentielle de 2007, l'introduction dans les ventes de sous-marins ou d'armements d'intermédiaires "qui sont là uniquement pour toucher une partie du marché et les reverser à ceux qui sont les donneurs d'ordre, est une des plus graves anomalies."

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire cherchent à savoir si d'éventuelles rétrocommissions en marge de contrats d'armements signés avec le Pakistan et l'Arabie saoudite ont financé la campagne de l'ex-Premier ministre.

Lors de leur enquête, ils ont découvert que 20 millions de francs (3 millions d'euros) avaient été versés sur le compte de campagne d'Edouard Balladur, dont 10 millions en une seule fois au lendemain du premier tour.

Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • picokrab le jeudi 27 juin 2013 à 10:30

    comme si il ne savait pas ...