Franc fort : la Suisse tire un trait sur sa croissance

le
1
Le franc suisse s'est envolé la semaine dernière.
Le franc suisse s'est envolé la semaine dernière.

L'institut BAK Basel (à Bâle), réputé pour ses prévisions économiques, vient d'annoncer que la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de laisser flotter le franc suisse provoquera en 2015 une chute de la croissance de 1,5 à 2 %. Sachant que le secrétariat d'État à l'Économie (Seco) prévoyait avant ce "tsunami" une croissance de 2,1 %, la Suisse risque de connaître cette année une stagnation économique, comparable à celle de la France en 2014. Non seulement cette hausse de 15 à 20 % du franc suisse par rapport à l'euro et au dollar pénalise toutes les branches exportatrices (chimie, médicaments, horlogerie, machines-outils), mais elle envoie aussi par le fond le tourisme (hôtellerie, restauration, stations de ski). Un peu moins pessimiste que le BAK, la banque UBS ne mise plus que sur une croissance de 0,5 %.

Ce n'est pas tout : les caisses de pension qui financent les retraites et investissent une partie de leurs actifs en actions et en obligations ont déjà perdu 4 % de leur fortune, la Bourse suisse ayant chuté en deux jours de 14,11 %. Résultat, l'institut BAK Basel indique une hausse inéluctable du chômage. Il est actuellement de 3,1 %, il pourrait passer à 3,8 %. Certes, ces chiffres peuvent faire sourire en France. Mais de l'autre côté du Jura, le droit du travail permet de licencier des salariés du jour au lendemain sans motif sérieux. Or, qui occupe les emplois de vendeuses dans les grands magasins, de serveuses dans les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jacqu301 le mardi 20 jan 2015 à 13:13

    Bien fait ! La 15ème année de ce siècle est en effet prometteuse de grands changements tout à fait nécessaires, comme la prééminence du consommateur et de la concurrence tous azimuts ruinant les États et plombant la croissance dans le même temps où les dettes s’accroissent à un point insupportable.