Frais de chauffage : des critiques contre l'individualisation

le
3
Une nouvelle mesure pour quantifier le volume d'eau et de chauffage utiliser par les propriétaires et locataires dénoncée par les Associations de copropriétaires. (© DR)
Une nouvelle mesure pour quantifier le volume d'eau et de chauffage utiliser par les propriétaires et locataires dénoncée par les Associations de copropriétaires. (© DR)

La loi relative à la Transition Énergétique pour la Croissance Verte rend désormais obligatoire, pour tous les bâtiments à chauffage collectif, la création d’une « installation permettant de déterminer la quantité de chaleur et d'eau chaude fournie à chaque local occupé à titre privatif ».

«Derrière ce qui pourrait passer pour une bonne idée, se cache en fait, au-delà des défaillances techniques fréquemment rencontrées, une mesure injuste et inutilement coûteuse», expliquent l’USH et l’ARC.

Quatre éléments n'ont en effet pas été pris en compte par les pouvoirs publics :

1 - Pour que l’individualisation des frais de chauffage bénéficie aux ménages, il est nécessaire que les économies pouvant être générées par les dispositifs à mettre en œuvre soient supérieures aux coûts récurrents de ces installations. Or, cela n'est le cas que pour les seuls immeubles énergivores.

2 - De fait, la généralisation des dispositifs d’individualisation de frais de chauffage va impacter négativement le pouvoir d’achat de 1,3 million de ménages en HLM et 2,3 millions de ménages en copropriété.

3 - Dans le seul parc social, l’impact de cette disposition coûtera en outre 670 millions d’euros, au détriment des investissements des organismes HLM sur l’entretien et la rénovation, notamment énergétique. Pour les copropriétaires, l’impact est estimé à 1,76 milliards

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le mercredi 23 déc 2015 à 09:24

    Système pas adaptable de partout...chauffage au sol collectif avec clarinette, les appareils de mesure sont inefficaces. De plus, celui du dessus coupera son. Gaufrage parce qu'il bénéficiera de la chaleur de celui du dessous et donc il y a inégalité. Encore une loi de niche. Et je ne parle pas du coût d'installation qui devient une dépense supplémentaire dont on avait pas besoin. Un bon entretien de chaudière suffit à faire baisser le chauffage ainsi qu'une maîtrise des livraisons et des dates.

  • M5661885 le mercredi 23 déc 2015 à 01:12

    Le jour où notre immeuble occupé majoritairement par des locataires, a installé des compteurs individuels de chauffage (à 50€ par radiateur, soit 100 à 200 € par appartement), la consommation de chauffage a chuté de 30% l'exercice suivant ... C'était une opération hyper rentable pour les locataires qui ont payé moins et pour les propriétaires qui trouvent plus facilement des locataires avec des charges plus basses !

  • PAINPONT le mardi 22 déc 2015 à 17:54

    La porte ouverte au gaspillage