Fragilisée cet été, Christiane Taubira a lancé la contre-offensive

le
0
Après un été marqué par les désaccords avec Valls, la garde des Sceaux veut montrer qu'elle a obtenu gain de cause sur les point clés de sa réforme pénale et la création d'une peine de probation.

Elle a décidé d'accélérer. Alors que les arbitrages sur la réforme pénale sont attendus vendredi, Christiane Taubira a pris tout le monde de vitesse en annonçant samedi une mesure phare de son texte. Devant un parterre de militants extatiques, la garde des Sceaux a confirmé à La Rochelle la création d'une «peine de probation», une «contrainte pénale» qui se substituera à l'incarcération en imposant aux détenus des obligations. Elle en a profité pour disserter sur l'esprit de sa loi, contestée cet été par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui s'interrogeait sur la «soutenabilité politique» d'un projet imposant le développement de peines alternatives à la prison.

Une manière de passer en force, après les différends Intérieur-Justice qui ont parasité une pa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant