Fragilisé par la récession, Hollande tente de rassurer à Bruxelles

le
24
Fragilisé par la récession, Hollande tente de rassurer à Bruxelles
Fragilisé par la récession, Hollande tente de rassurer à Bruxelles

L'horizon s'est obscurci ce mercredi pour la zone euro, qui est restée en récession au premier trimestre alors que la France y entrait avec un nouveau recul de son PIB de 0,2%. A Bruxelles, le président français François Hollande s'est engagé à poursuivre les réformes en faveur de la compétitivité, comme le lui demande la Commission européenne en échange d'un délai de deux ans pour ramener le déficit public en-dessous de 3%. Le chef de l'Etat rencontrait les 27 commissaires européens, une première depuis 1997, pour défendre la voie étroite empruntée par la deuxième économie de la zone euro: revenir dans les limites de ses engagements budgétaires sans tuer sa croissance. Une mission difficile alors que la France est officiellement entrée en récession.

La situation est «grave» mais «moins qu'en 2008 et 2009», avait tenu à nuancer le chef de l'Etat avant cette réunion. Il a assuré depuis Bruxelles que le plus dur «était passé». «L'annonce de la récession (en France) doit être regardée comme l'annonce de ce qui vient de se produire, pas de ce qui va se produire», a plaidé Hollande. «Je considère que nous avons passé le moment le plus difficile», a-t-il indiqué, tout en jugeant nécessaire de faire plus pour la croissance. «Il est probable que la croissance sera nulle en 2013», a-t-il d'ailleurs déclaré, alors même que le gouvernement a maintenu mercredi sa prévision de croissance de +0,1% pour cette année.

Moscovici maintient ses prévisions de croissance pour 2013

«Nous avons été loin, mais nous avons encore à nous réformer»

«En France, nous avons engagé des réformes de compétitivité et nous allons continuer, non parce que l'Europe nous le demanderait mais parce que c'est l'intérêt de la France», a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse commune avec le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. «Le problème de l'Europe, ce sont les...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le mercredi 15 mai 2013 à 22:17

    On est satisfait de son discours.Mais....L'Ardoise elle est pour NOUS...

  • lopez69 le mercredi 15 mai 2013 à 22:01

    une sacrée trouille, mieux!

  • lopez69 le mercredi 15 mai 2013 à 22:00

    Hollande tente de rassurer à Bruxelles? Il ferait mieux de rassurer les Français, car avec un président comme lui, ils commencent à avoir une sacré trouille!

  • roux1238 le mercredi 15 mai 2013 à 21:11

    la crise est derriere nous ...mdr

  • yt75 le mercredi 15 mai 2013 à 19:11

    - Aujourd'hui : Choc pétrolier majeur (celui du pic mondial de production) + les montagnes de detteshttp://wp.me/p1q74G-4

  • yt75 le mercredi 15 mai 2013 à 19:11

    Peut-être aussi comprendre un peu la situation?Résumé express :- 30 glorieuses : reconstruction et énergie pas chère à disposition- 70 73 : premier choc pétrolier, avant tout conséquence du pic de production US en 1970- 71 : abandon Bretton-Woods passage au fiat petro $- 79 : deuxième choc(révolution Iranienne)- Après : accumulation de la dette dans tous les pays de l'OCDE, plus ou moins de croissance dopée à la dette

  • herve386 le mercredi 15 mai 2013 à 18:27

    phildesf : hélas je suis un éternel optimiste malgré un certain age (sinon un age certain !) et j'ai projeté une possible autre politique avec une nouvelle majorité. Mais je ne croyait pas que les SOC. auraient la majorité au parlement et pourraient faire une politique en dessous de tout .Donc mea-culpa , c'est ma faute , c'eszt ma faute, c''est ma tres grande faute , que je ne renouvellerai pas . Enfin qui sait ?

  • jsrlak1 le mercredi 15 mai 2013 à 18:26

    Pépère rassurant ???? Il a essayé d'enfumer Bruxelles...

  • gaia2011 le mercredi 15 mai 2013 à 18:17

    En Europe aucun des pays qui ont appliquée l'austérité pronée par le dictat Européen n'ont améliorée leur situation économique... Même pas en Allemagne qui se retrouve maintenant avec 20% de ses salariés qui ne gagnent plus assez pour simplement vivre (800€ par mois et moins)

  • gaia2011 le mercredi 15 mai 2013 à 18:12

    Les politiques ont-ils encore leur mot à dire ? Ca m'étonnerait beaucoup... même l'Europe se contente de réciter les pseudos théories néo-libérales. Théories, au passage, qui n'ont fonctionnées nul part. Plus on les appliques et moins l'économie mondiale fonctionne...