Fragilisé, Ayrault voit encore son autorité mise à mal

le
1
Les uns après les autres, les poids lourds du gouvernement emmenés par François Hollande ont contredit le premier ministre.

C'était il y a une semaine. Jean-Marc Ayrault achevait sa première visite officielle en Chine. Décollant de Canton pour Paris, le premier ministre semblait «serein» et «apaisé» comme le décrivaient alors certains membres de la délégation française. Les échanges avec les dirigeants chinois avaient été nourris. Et lui-même n'avait pas ménagé sa peine pour remplir ce qu'il appelait son «contrat»: la préparation de la venue du président chinois, Xi Jinping, à Paris au printemps prochain, à l'occasion du cinquantenaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

La veille de son départ pour Paris, face aux journalistes, Ayrault se montrait également très sûr de lui. «On sait où on va et on sait comment on y va», martelait-il sans vergogne. Pas un des journalistes présents ne l'avait alors interrogé sur la durée de son bail à...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2110926 le lundi 16 déc 2013 à 15:01

    «On sait où on va et on sait comment on y va», c'est même très clair: "droit dans le mur !"