Fragile espoir de reprise du tourisme français

le
0

Après une année 2013 en demi-teintes, plusieurs indicateurs sont repassés au vert pour les vacances des Français. Mais cette reprise bénéficient surtout aux plus aisés et il reste beaucoup d'indécis.

Les Français abandonnent-ils leurs sacro-saintes vacances d'été devenues trop chères? Selon Protourisme, qui alertait sur un taux de départ historiquement faible en 2013, les intentions de départ en vacances pour 2014 (au moins 4 nuits) progressent passant de 48% des Français à 49%, même si les intentions de départ intégrant les courts séjours reculent, de 62 à 60%. Par ailleurs le budget annuel de vacances par foyer progresse à nouveau, passant de 1978 euros à 2078 euros.

Pour sa part le cabinet Raffour, auteur du baromètre Opodo 2014, estime que le marché est resté globalement stable en 2013 (après une hausse en 2012) et qu'il devrait l'être encore en 2014. «Les Français sont prêts à sacrifier d'autres dépenses, estime Guy Raffour. Ils éprouvent un besoin vital de se ressourcer, de s'extraire du quotidien». Selon lui, la baisse des prix du transport avec la montée en puissance des vols low-cost permet cet arbitrage tout comme la progression de la destination France, qui a attiré 81% des Français partis en 2013, soit 5 points de mieux que l'année précédente. Plus surprenant encore, selon ce cabinet, la part des hébergements payants a progressé, passant de 35% en 2012 à 39% en 2013 tandis que les vacances où l'on est logé dans sa résidence secondaire, dans la famille ou chez des amis recule de 30% à 27%.

Budgets en hausse

Une chose est claire pour tous les analystes, la situation est de plus en plus contrastée selon les ressources des vacanciers. Ainsi, les «petits budgets» (moins de 1000 euros) ont tendance à se raréfier puisque 2,7 millions de ces foyers se privent de vacances, tandis que les budgets conséquents (plus de 3500 euros) bondissent de 5 points cette année, soit 1,8 million de foyers en plus. «Ce sont principalement ces 7 millions de Français qui font la réalité et le succès ou non de l'hébergement marchand», souligne Didier Arino, directeur de Promotourisme.

Globalement, les prévisions pour cet été restent stables: 72% des Français pensent passer leurs vacances en France contre 28% à l'étranger. Les premiers privilégient les régions PACA, Languedoc-Roussillon et Aquitaine là où les seconds optent pour l'Espagne, l'Italie et la Turquie, en forte progression. «Mais l'été est loin d'être gagné pour les professionnels français du tourisme», prévient Didier Arino. Selon lui, le recul des intentions de départ en court séjour risque d'être préjudiciable aux hôteliers qui ont déjà connu une mauvaise année 2013 et pourrait bénéficier aux campings et villages de vacances. Par ailleurs, 11% des partants n'ont pas encore choisi leur destination. Si leur envie de prendre l'air plus loin que dans l'Hexagone se confirme, les professionnels pourraient faire grise mine. «Au-delà de ces intentions, tout dépendra au final de la météo, du pouvoir d'achat et du chômage, ce véritable cancer du tourisme», résume Didier Arino.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant