Fracture parmi les députés PS sur la procréation assistée

le
2
LA PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE DIVISE LES DÉPUTÉS SOCIALISTES
LA PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE DIVISE LES DÉPUTÉS SOCIALISTES

PARIS (Reuters) - Vingt-sept députés socialistes s'opposent à l'amendement sur la procréation médicalement assistée (PMA) dans le cadre du texte sur le mariage homosexuel que le groupe PS vient d'adopter à une large majorité.

Dans un courrier publié par Le Monde, daté du 21 décembre, les réfractaires demandent au président du groupe, Bruno Le Roux, de ne pas les "inscrire comme signataires de l'amendement sur ce sujet". Le courrier ayant été envoyé à l'ensemble des députés PS, la liste des signataires pourrait s'allonger.

Le groupe socialiste a voté mercredi en faveur du dépôt d'un amendement élargissant la PMA aux couples de lesbiennes ayant un projet parental par 126 voix pour, 61 contre et neuf abstentions.

Le projet de loi initial en faveur du "mariage pour tous", présenté le 7 novembre en conseil des ministres, prévoit la légalisation du mariage et de l'adoption pour les couples de même sexe mais exclut la PMA pour les couples de lesbiennes.

Les 27 opposants rappellent que la procréation médicalement assistée ne figure pas dans les 60 engagements de campagne de François Hollande.

Le gouvernement et une partie des socialistes envisageaient pour leur part de faire discuter la PMA ultérieurement, dans un futur projet de loi sur la bioéthique.

Mais François Hollande a laissé le 12 décembre le champ libre aux députés et aux dirigeants du PS -en particulier le Premier secrétaire, Harlem Désir- désirant intégrer la PMA dans la loi sur le mariage pour tous en s'en remettant au parlement.

"Si le parlement -et je crois qu'il y aura des propositions d'amendements- décide d'aller dans le sens de la procréation médicalement assistée, le parlement est souverain", a-t-il dit.

Néanmoins, le député Olivier Faure, secrétaire national du PS et proche du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, plaide toujours pour que la PMA relève des lois bioéthiques "qui ont pour fonction de se pencher sur les progrès de la science".

"Ce serait dommage de diviser la gauche sur un sujet comme ça, alors qu'elle est totalement unie sur le mariage et l'adoption", avait-il déclaré il y a une semaine à Reuters.

Selon le JDD.fr, Jean-Marie Le Guen, Guillaume Bachelay et Alain Clayes, trois ténors du parti, sont sur la même position et le vote de mercredi est très critiqué au sein même du groupe, des élus dénonçant un passage en force.

Les 27 députés réfractaires affirment dans leur courrier avoir été "privés de parole et de débat" avant le vote. D'autres élus assurent que l'amendement ne leur a pas été présenté.

L'opposition de droite, en dépit de voix discordantes, se mobilise contre la loi sur le mariage pour tous. Jean-François Copé, président proclamé de l'UMP, a appelé à manifester le 13 janvier aux côtés des opposants au projet.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 20 déc 2012 à 13:22

    JPi - Il faut y croire à l'égalité devant l'amour avec le mariage pour tous. Quel mauvais amants sont-ils pour résumer l'amour à une égalité ? Et après la PMA (égalité pour les femmes lesbiennes), les ventres porteurs (pour les gays). Je crois plus à l'égalité devant les salaires , les retraites et les impôts. Mais là plus de PS. La justice c'est pour demain.

  • birmon le jeudi 20 déc 2012 à 13:10

    Le passage en force est caractéristique de l'approche totalitaire du pouvoir par le parti socialiste.