Fracture au sein du PS : «Au président de faire la synthèse», estime Hamon

le
3
Fracture au sein du PS : «Au président de faire la synthèse», estime Hamon
Fracture au sein du PS : «Au président de faire la synthèse», estime Hamon

Attaqué de toute part après son abstention de mardi lors du vote sur la première partie du budget 2015 et sa mise en garde contre un «immense désastre démocratique» en 2017, Benoît Hamon se défend, ce mercredi après-midi auprès du Parisien.fr. L'ex-ministre de l'Education s'explique et en appelle au président de la République.

Manuel Valls appelle à «en finir avec la gauche passéiste». Comment le prenez-vous?

BENOÎT HAMON. Il a, dès la primaire de 2011, affirmé une position qui se situait à la droite du PS, remettant en cause des acquis sociaux comme les 35 heures. Il semble, maintenant qu'il a les mains libres à la tête d'un gouvernement de clarification, qu'il soit tenté de mettre en œuvre ce programme. Ces déclarations, le fait qu'il ne se revendique plus socialiste, qu'il déplore l'occasion ratée d'un rapprochement avec François Bayrou, c'est très déstabilisant. Cela crée des fractures importantes. Et cela explique le grand désarroi de nos électeurs.

Vous avez vous-même estimé que cette politique mène vers un «immense désastre démocratique»...

Quand on fait de la politique, il faut savoir nommer les choses. Il y a une réalité qui frappe tous les esprits, c'est la puissance du Front national. Tous les indicateurs sont au rouge. Devant un péril comme celui-là, reste-t-on dans le déni ou affronte-t-on le problème? Le Front national se nourrit du recul de la puissance publique, des protections sociales... Son meilleur adversaire reste la gauche, mais encore faut-il qu'elle mène une politique efficace. Or, aujourd'hui, les choix qui sont faits ne sont pas de nature à réduire le chômage, à endiguer la crise et à faire reculer le Front national. Ce sera très compliqué de rassembler sur cette ligne économique. Et si la gauche n'est pas rassemblée, en 2017, c'est le Front national qui sera au second tour. Face à cela, je ne peux pas rester silencieux.

Vos propos ont provoqué une vive ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 22 oct 2014 à 18:26

    Voilà 30 ans qu'ils font la synthèse...on se demande bien de quoi......

  • pichou59 le mercredi 22 oct 2014 à 18:21

    la synthèse, il n'y a pas mieux au ps.

  • M2011639 le mercredi 22 oct 2014 à 17:52

    que du bonheur au PS comme au scrabble un mot en 7 lettres et encore 2 ans 1/2, le retour de Martine et les 29 heures pour quand? des ressources humaines inépuisables pour 2017 et un score a 17/18%!!!!