Foxconn acquiert le japonais Sharp, à prix réduit

le
0
    par Makiko Yamazaki et J.R. Wu 
    TOKYO/TAIPEI, 30 mars (Reuters) - Le groupe taïwanais 
d'électronique Foxconn a annoncé mercredi qu'il allait prendre 
le contrôle du japonais Sharp  6753.T  à un prix nettement 
inférieur à celui prévu initialement, après un mois de 
pourparlers qui ont alimenté les doutes sur les chances de 
succès de l'opération.  
    Foxconn, connu auparavant sous le nom de sa principale 
filiale, Hon Hai Precision Industry  2317.TW , déboursera au 
total 389 milliards de yens (3,06 milliards d'euros) pour monter 
à 66% du capital de Sharp, soit 100 milliards de moins que sa 
proposition de départ, ont annoncé les deux groupes.  
    Le prix par action, fixé à 88 yens, est inférieur de 35% au 
cours de clôture de Sharp mercredi à la Bourse de Tokyo.  
    Cette acquisition est la plus importante jamais conclue par 
un groupe étranger dans le secteur japonais des hautes 
technologies. Elle permettra notamment à Foxconn de se renforcer 
dans les technologies d'affichage, spécialité de Sharp, et de 
renforcer sa position face à Apple  AAPL.O , dont il est déjà 
l'un des grands fournisseurs. 
    Sharp et Foxconn semblaient sur le point de conclure un 
accord le mois dernier lorsque les discussions ont été 
interrompues après la découverte de pertes inattendues dans les 
comptes du japonais.  
    Vendredi dernier, Sharp a annoncé que ses résultats annuels 
seraient inférieurs à ses propres projections en raison du 
ralentissement de la croissance chinoise. Il prévoit désormais 
une perte d'exploitation d'environ 170 milliards de yens sur 
l'exercice qui sera clos jeudi, contre une prévision initiale 
d'un bénéfice de 10 milliards.   
     
    L'ENJEU DE LA TECHNOLOGIE OLED 
    Les difficultés imprévues auxquelles s'est heurté le projet 
de Foxconn rappellent celles d'il y a quatre ans, lorsque le 
groupe taïwanais avait conclu un accord initial sur son entrée 
au capital de Sharp dans le cadre d'un accord de partenariat 
industriel. Sharp avait ensuite averti que ses comptes allaient 
passer dans le rouge et Foxconn avait renoncé.  
    Aujourd'hui, les analystes estiment qu'au-delà du manque de 
confiance réciproque entre les deux groupes, il est difficile de 
se convaincre que le nouvel ensemble sera en mesure de contrer 
les pressions à la baisse sur les prix des écrans à cristaux 
liquides (LCD) ou de prendre le pas sur ses rivaux dans la 
technologie Oled, celle des diodes électroluminescentes 
organiques.  
    Cette nouvelle technologie d'affichage est aujourd'hui 
perçue comme celle de la prochaine génération d'écrans et les 
observateurs s'attendent à ce qu'Apple l'adopte pour son iPhone 
d'ici 2018.  
     Pour Kylie Huand, analyste de Daiwa-Cathay Capital Markets 
à Taipei, Samsung Electronics  005930.KS  et LG Display 
 034220.KS  devraient rester pendant un certain temps les 
premiers fournisseurs d'écrans Oled.  
    En Bourse, l'action Sharp a fini en hausse de 3,85% à 135 
yens mercredi avant l'annonce de l'accord. La cotation de 
Foxconn avait quant à elle été suspendue par la Bourse de 
Taïwan.  
     
 
 (Marc Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant