Four Nations: Quade Cooper revient sur un contre-pied

le
0
RETOUR DE L'AUSTRALIEN QUADE COOPER FACE À LA NOUVELLE-ZÉLANDE
RETOUR DE L'AUSTRALIEN QUADE COOPER FACE À LA NOUVELLE-ZÉLANDE

par Greg Stutchbury

AUCKLAND (Reuters) - L'ouvreur des Wallabies Quade Cooper fera son retour pour le match du Four Nations et de la Bledisloe Cup qui va opposer samedi l'Australie à la Nouvelle-Zélande, son pays d'origine où il est considéré comme "l'ennemi public n°1".

Pour l'instant, la participation au nouveau tournoi de l'hémisphère sud du fantasque ouvreur de l'équipe d'Australie a duré moins de temps qu'il lui faut pour tirer un drop.

Lors de l'annonce de la composition de l'équipe des Wallabies, Quade Cooper a pris les médias à contre-pied.

Il n'a fait qu'une déclaration de la longueur d'un tweet : "La seule chose que j'ai à dire, c'est que je suis de retour. Je suis en forme, en bonne santé et prêt à jouer. Je vous verrai tous à l'Eden Park", a-t-il dit.

Le temps d'une question, "Avez-vous quelques chose à ajouter ?", d'une réponse sèche, "Non, c'est tout", et il a disparu.

Peut-être Quade Cooper voulait-il justement éviter de parler de la blessure à un genou qui l'a écarté des terrains pendant dix mois ? Peut-être voulait-il éviter de parler de sa dernière apparition à l'Eden Park ?

C'était lors de la demi-finale de la Coupe du monde. Il avait été accueilli par les quolibets du public d'Auckland qui l'accuse d'avoir trahi la Nouvelle-Zélande, son pays de naissance, en devenant international australien.

Il avait commencé le match en tapant le coup d'envoi directement en touche. Après avoir été muselé pendant 80 minutes par les All Blacks, il l'avait achevé en étant projeté sans cérémonie en touche par l'ailier Richard Kahui alors que la foule scandait "quatre ans de plus" pour se moquer de l'échec des Wallabies.

Les All Blacks avaient gagné la rencontre 20-6 et avaient continué leur route vers leur second titre mondial. Quade Cooper n'a pas joué depuis. Il a notamment raté la tournée de juin contre le Pays de Galles et l'Ecosse.

Il n'était pas non plus de la défaite 27-19 des Wallabies face aux All Blacks dans le match d'ouverture du Four Nations, samedi dernier à Sydney.

LES PUMAS SANS HERNANDEZ

Un nouvel échec à l'Eden Park où ils n'ont plus gagné depuis 1986 ruinerait leurs chances de reprendre la Bledisloe Cup qui les oppose tous les ans aux All Blacks et qu'ils n'ont plus gagnée depuis 2003.

Robbie Deans, entraîneur des Wallabies d'origine néo-zélandaise comme Quade Cooper, a procédé à plusieurs changements, certain contraints, d'autres subis.

Derrière, le retour de Quade Cooper entraîne le passage au centre de Berrick Barnes. L'arrière Kurtley Beale cède sa place à Adam Ashley-Cooper ce qui provoque la titularisation de l'ailier Drew Mitchell.

Dans le pack, David Pocock, blessé, est remplacé en troisième ligne par Michael Hooper et comme capitaine par le demi de mêlée Will Genia. Ben Alexander est titularisé au poste de pilier droit à la place de Sekope Kepu et Stephen Moore à celui de talonneur au lieu de Tatafu Polota-Nau.

Steve Hansen, entraîneur des All Blacks, a en revanche misé sur la stabilité. Il n'a effectué qu'un changement, le remplacement du pilier gauche Tony Woodcock, blessé aux côtes, par Wyatt Crockett.

L'autre match de la deuxième journée du tournoi oppose l'Afrique du Sud à l'Argentine au stade des Malouines argentines, à Mendoza, dans les Andes.

Heyneke Meyer, entraîneur des Springboks vainqueurs 27-6 samedi dernier, a effectué trois changements.

Le talonneur Bismarck du Plessis qui va devoir être opéré d'un genou est remplacé par Adriaan Strauss. Jacques Potgieter est titularisé en troisième ligne aile ce qui fait glisser Willem Alberts en n°8 et repousse Keegan Daniel sur le banc.

Coup dur pour les Pumas, ils seront privés de leur ouvreur Juan Martin Hernandez blessé à une cuisse. Il sera remplacé par Nicolas Sanchez qui ne compte que trois sélections contre des nations mineures.

Ce changement est accompagné de la titularisation de Martin Rodriguez à la place de Lucas Gonzalez Ambrosino à l'arrière.

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant