Fos-sur-Mer : la raffinerie et le dépôt de carburants débloqués

le , mis à jour à 08:03
6
Fos-sur-Mer : la raffinerie et le dépôt de carburants débloqués
Fos-sur-Mer : la raffinerie et le dépôt de carburants débloqués

La raffinerie Esso et le dépôt de carburants de Fos-sur-Mer dont les accès étaient occupés depuis lundi par des militants cégétistes opposés à la loi Travail ont été débloqués ce mardi, au petit matin, par les forces de l'ordre malgré la résistance jugée «importante» des 200 militants par la préfecture de police.  L'opération des forces de la Sécurité publique a débuté vers 4 heures et s'est achevée vers 6 heures.

Selon la préfecture de police qui déplore sept blessés légers parmi les forces de l'ordre, les manifestants ont jeté de nombreux projectiles alors que les policiers ont répliqué par des jets de grenades lacrymogènes... Quatre militants auraient été interpellés. 

Si des restes de pneus fumants le long de la chaussée sont encore visibles, les camions citernes et des voitures, bloqués aux ronds-points environnants ont recommencé à circuler au compte-gouttes et ont pu pénétrer dans les sites d'approvisionnement sous escorte policière.

«Une déclaration  de guerre»

Néanmoins pour la CGT qui dénonce «quasiment des scènes de guerre avec des tirs au flash ball pour lever ce barrage», le syndicat qui déplore aussi des blessés promet de nouvelles actions. D'ailleurs, la production de la raffinerie ne devrait pas reprendre ce mardi matin. «On a été délogés par les CRS sans sommation. Nous avons été poursuivis et actuellement nous sommes cernés à l'intérieur de l'Union locale de Fos», explique Yann Maneval, le secrétaire général de l'Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône. Selon lui, les militants de la CGT ont fait face «à des quantités phénoménales de CRS, à l'utilisation de canons à eau, de gaz en grande quantité et sans sommation et l'usage de la force avec les matraques.» Pour lui, c'est «une déclaration de guerre». 

«Nous voulons le retrait de la loi travail», a indiqué le secrétaire départemental de la CGT 13 alors que la mobilisation se poursuit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 8 mois

    Les syndicats sont subventionnés par qui?

  • M6749774 il y a 8 mois

    La CGT a déclaré la guerre à la France. Il faut mettre son chef sous les verrous et tous ceux qui voudront prendre sa place et ceci jusqu'au retour à la démocratie.

  • cyti8 il y a 8 mois

    CGT: Posez-vous une question. Pensez-vous que vous défendez la loi travail. Vous êtes contre le travail tout simplement. Et plus idiot, vous avez appelé à voter Hollande. Réglez-vos problèmes en interne, et n'en créez pas dans le pays.

  • jmlhomme il y a 8 mois

    Il reste une attitude normale. Pas le droit au chantage.....Pas de liberté qui n'enfreigne celle des autres. Ceux qui pensent qu'un employeur est un exploiteur.....doivent chercher un autre employeur ou créer leur propre emploi. Simple et evident pour ceux qui n'ont pas que des pois chiche dans la tête et un peu de courage. Quand on connait les salaires de la Raffinerie de Berre, on n'a pas le droit de se plaindre.

  • zzxcvb41 il y a 8 mois

    C'est une honte. Les Francais deviennent esclave des employeurs et personne ne bouge. La France n'est plus bonne qu'a regarder Hanouna a la tele en touchant son chomage

  • best01 il y a 8 mois

    enfin!!!