Forum GI : Les gestionnaires doivent anticiper les desiderata de leurs clients

le
0
(NEWSManagers.com) - La séance plénière de jeudi 17 mars, à Forum GI, était placée sous un vocable ambitieux : " la dynamique de place et l'innovation au service de l'investissement et de la performance financière" , avec un plateau de choix : Pierre Bollon délégué général et Alain Leclair, président d'honneur de l' AFG, Bernard Descreux, directeur de la gestion de la Banque Postale Asset Management et président de la commission " techniques financières de gestion" l' AFG, Philippe Delienne, président de Convictions AM, Etienne Stofer, directeur de la CRPN, responsable du groupe " transparence obligataire de l'AF2I, et Arnaud Faller directeur des gestions de CPR AM et président du groupe de travail " compétitivité. Pourtant -était-ce l'heure matinale ?-, cette présentation n'aura été suivie que par moins d'une cinquantaine de personnes.
Après avoir opéré un tour d'horizon des dysfonctionnements révélés par la crise financière comme des techniques de gestion quantitatives fondées sur des corrélations du passé ou des innovations sous-optimales comme le développement exagéré des titrisations, les intervenants sont convenus que les opérateurs sous-estiment toujours les queues de distribution et qu'il auraient besoin de tenir compte très en amont des scénarios adverses " à tout moment" . Ils sont également tombés d'accord sur le fait que les professionnels ne doivent pas attendre que le besoin soit exprimé par le client, mais proposer des solutions.
Etienne Stofer a pour sa part insisté sur la véritable révolution que représentent les projets de plates-formes de négociation sur les obligations (projet Cassiopée), avec des marchés ouverts à tous, transparents en pré et post-trade, avec chambre de compensation et ordres fermes. NYSE Euronext Bondmatch sera ainsi opérationnelle au deuxième trimestre, tandis que trading Screen et MTS préparent aussi leurs plates-formes.
Parmi les innovations souhaitées par les participants figurent les sicav sous forme de SAS (sociétés par actions simplifiées), des catégories de parts couvrant des stratégies hors bilan, les obligations indexées sur l'inflation couvertes en taux, un univers plus clair pour les fonds qui ne seraient de droit ni luxembourgeois, ni irlandais, ni français et des produits sur les " loans" . De plus, il serait souhaitable d'ouvrir une marge pour les fonds non coordonnés.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant