Fortes tensions autour des terminaux pétroliers libyens menacés par l'Etat islamique

le
0
Des images amateur montrent l'incendie qui ravagent des terminaux pétroliers libyens.
Des images amateur montrent l'incendie qui ravagent des terminaux pétroliers libyens.

L’EI a attaqué les deux principaux terminaux pétroliers libyens. Les affrontements ont fait plusieurs dizaines de morts.

Les incendies survenus dans les deux principaux ports pétroliers libyens continuaient de faire rage mercredi après les assauts menés en début de semaine par des membres de l’organisation Etat islamique.

Ali al-Hassi, le porte-parole des forces chargées de la protection des installations pétrolières a indiqué que cinq réservoirs de pétrole brut étaient désormais la proie des flammes, sur deux terminaux du golfe de Syrte : celui d’al-Sedra, le plus grand site de stockage de pétrole en Libye, et celui de Ras Lanouf.

Selon M. al-Hassi, ses hommes sont parvenus jusqu’à présent à garder le contrôle de ces deux ports, qui contiendraient chacun entre 420 000 et 460 000 barils de brut. Toujours selon lui, les combats ont coûté la vie à neuf de ses troupes, en blessant une quarantaine d’autres, tandis que trente membres de l’EI auraient été tués.

Cité par l’agence de presse proche du gouvernement reconnu par la communauté internationale, Mohamad al-Manfi, porte-parole de la Compagnie nationale du pétrole (NOC) exploitant ces terminaux pétroliers, a évoqué mercredi en fin de journée d’un « retour au calme après deux jours d’affrontements ».

Un pétrole libyen convoité Des combattants affiliés à l’Etat islamique ont lancé leur assaut lundi, à l’aide d’armements lourds, contre ces terminaux pétroliers qui se trouvent à l’est de Syrte, leur principale base en Libye.

La production pétrolière libyenne a été réduite à moins d’un quart de son niveau d’avant-guerre, mais le pays reste e...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant