Forte mobilisation des infirmiers et aide-soignants pour dénoncer les cadences infernales

le , mis à jour à 16:58
8
Forte mobilisation des infirmiers et aide-soignants pour dénoncer les cadences infernales
Forte mobilisation des infirmiers et aide-soignants pour dénoncer les cadences infernales

Plus d'un millier d'infirmiers et aide-soignants étaient rassemblés ce mardi matin devant la gare Montparnasse, à Paris, pour dénoncer leurs conditions de travail. Ces personnels répondent à un appel national inédit depuis 28 ans. L'intersyndicale CGT, FO, Sud a été reçue à la mi-journée par la direction générale de l'offre de soins.

 

 

«Infirmiers méprisés, patients en danger», ont scandé les manifestants vêtus de blouses blanches ou bleues, masques sur le visage et calot sur la tête, avant de se diriger vers le ministère de la Santé. Le cortège était coupé en deux entre intersyndicale et organisations professionnelles. «Les sous-effectifs, c'est pas automatique», pouvait-on lire sur une pancarte, tandis qu'une longue banderole en tête de cortège titre : «#Soigne-toi et tais-toi».

 

«Les conditions de travail se dégradent, la charge s'alourdit, nous n'avons pas de reconnaissance salariale et de plus en plus de tâches nous sont déléguées», dénonçait notamment Coline Mayjonad, 23 ans, infirmière dans un établissement privé parisien à but non lucratif. «On a de moins en moins de temps pour le relationnel avec les patients, parfois on a du mal à trouver du sens à notre travail», racontait, dépitée, la jeune infirmière.

 

Un cortège de 3 500 manifestants à Paris 

Le taux de mobilisation sur l'ensemble des personnels hospitaliers appelés à la grève était dans la matinée de 8% (y compris les personnels assignés) et de 12% chez les infirmières, selon le ministère des Affaires sociales.

À Paris, le cortège de 3 500 manifestants, selon la préfecture de police, scindé entre intersyndicale et organisations professionnelles, a rejoint à la mi-journée le ministère de la Santé. 

À Strasbourg, entre 500 et 650 salariés des hôpitaux, selon les syndicats et la police, ont battu le pavé par un froid glacial, quasiment autant qu'à Orléans (500 selon les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cosack il y a 8 mois

    C'est vrai que les conditions de travail sot lamentables : Les salles de pose beaucoup trop petites avec le quasi doublement du nbr d infirmières en 10 ans par lit dans les hôpitaux et je ne vous parle pas de la taille des chambres qui ont du mal a accueillir plus de 3 infirmières a la fois.

  • frk987 il y a 8 mois

    Le personnel de la SS n'est pas fonctionnaire mais l'électricien d'un CHU est fonctionnaire...les mystères de la République......

  • frk987 il y a 8 mois

    Pour Lorant21 : certes les infirmières de nuit dans un service tranquille sont tranquilles...par contre en réanimation ou en chirurgie, le problème est différent. Par contre d'accord avec vous, je n'ai jamais compris ce que le personnel hospitalier venait fiche dans les fonctionnaires, comme les enseignants du reste.

  • jmlhomme il y a 8 mois

    POur frequenter les Hopitaux depuis 1 an, je peux temoigner que l'on y est trés serieux, bien traités das l'ensemble mais je suis loin de constater que les personnels sont debordés. Y compris femmes soignantes ou infirmieres. ....et que les conversations de couloirs ou dans les salles Détente Restauration ne sont pas rares. Et personne ne peut assimiler comparer les services quant aux stress vecus. ( geriatrie, cancerologie ) avec les services dermato ou orthodontie, consultations et urgences

  • bpasseri il y a 8 mois

    "les cadences infernales", on est tous mort de rire, non mais vraiment, pour qui ils se prennent ? hollande a réussit un seul truc: faire de tout les français des ridicules en puissance, sans aucune crédibilité

  • lorant21 il y a 8 mois

    @pathor. Rien de régalien dans les hopitaux. Le régalien c'est armée, police, justice. Même pas l'éducation. Ma fille est infirmière: horaires complexes et difficiles (nuit et 3*12H) mais pas de "cadences infernales".

  • frk987 il y a 8 mois

    Au train où vont les choses, la moitié de la France soignera l'autre moitié.....

  • Pathor il y a 8 mois

    Les gouvernements gauche droite qui se succèdent depuis des décennies ont négligés les fonctions régaliennes , armée, hôpitaux, police, pour embaucher massivement des fonctionnaires dans les ministères, les agences d'état, les collectivités territoriales, 800 personnes à l’Élysée.... Mairie de Paris en 2014:73000 fonctionnaires, 75 chauffeurs, 36 adjoints à 500k€.....alors plus de sous pour les hôpitaux !!