Forte mobilisation à Paris contre les rythmes scolaires

le
0
FORTE MOBILISATION DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE CONTRE LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES
FORTE MOBILISATION DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE CONTRE LA RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES

PARIS (Reuters) - Quelque 90% des enseignants d'école primaire à Paris ont fait grève mardi pour protester contre l'entrée en vigueur de la réforme des rythmes scolaires dès la rentrée 2013 dans le cadre du projet de loi sur la refondation de l'école, a-t-on appris de source syndicale.

Au total, 56 écoles primaires de la capitale sont fermées, a indiqué à Reuters Nicolas Wallet, membre du SNUipp-FSU Paris, le syndicat majoritaire du primaire, qui parle d'une "mobilisation historique".

Le rectorat de Paris a fait état pour sa part de 78% d'enseignants grévistes et de la mise en oeuvre du Service minimum d'accueil (SMA) dans 66 écoles à Paris à la veille d'une journée d'action nationale et de la présentation du projet de loi en conseil des ministres.

La municipalité de Paris, dont le maire Bertrand Delanoë souhaite une entrée en vigueur de la réforme dès cette année, avait indiqué lundi que 84% des enseignants parisiens avaient fait part de leur intention de faire grève.

L'intersyndicale réclame le report de la mise en oeuvre de la semaine de quatre jours et demi officiellement prévue pour la rentrée 2013. Selon le projet de décret du gouvernement, les communes ont jusqu'au 1er mars pour demander un report d'un an de l'entrée en vigueur de la réforme, soit à la rentrée 2014.

DIALOGUE ET CONCERTATION

La réforme prévoit de fixer à 5h30 la durée maximale de la journée de classe (contre 6h actuellement), à 3h30 la durée maximale de la demi-journée et à 1h30 la durée minimale de la pause à la mi-journée. L'enseignement sera dispensé dans le cadre d'une semaine de neuf demi-journées incluant le mercredi matin et des activités pédagogiques viendront s'ajouter aux 24 heures d'enseignement hebdomadaire.

Les syndicats dénoncent entre autres un nombre insuffisant d'animateurs formés avant septembre pour gérer les activités périscolaires et redoutent des inégalités croissantes entre les écoles concernant ces activités.

"On ne veut pas une réforme bâclée, le mot d'ordre c'est ni statu quo ni bricolage", explique Nicolas Wallet. "Il ne s'agit pas d'un réflexe corporatiste, il y a une réelle inquiétude concernant la mise en place de cette réforme."

"S'ils nous prouvent qu'en cinq mois, ils sont capables de recruter du personnel, de proposer des offres périscolaires riches et égalitaires entre les différentes écoles, on peut y réfléchir, mais j'en doute."

Le ministre de l'Education a rejeté la demande de compensation formulée par les syndicats qui font valoir une perte de pouvoir d'achat en raison des coûts de la réforme concernant les frais liés aux transports et à la garde des enfants.

La compensation, "je n'y crois pas, dès lors que je ne demande pas qu'ils travaillent davantage", a déclaré Vincent Peillon. "Ce que je crois, c'est que les professeurs des écoles ont des conditions de rémunération du travail qui parfois ne sont pas l'équivalent de leurs collègues, par exemple, du secondaire."

UNE RÉFORME "POUR LES ENFANTS"

Tout en prônant un rééquilibrage des salaires entre les enseignants du primaire et du secondaire, il a exclu toute discussion autour d'une compensation dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires.

Invitée sur RTL mardi matin, la première adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo, a défendu la réforme du gouvernement, arguant qu'elle était faite "pour les enfants".

"Tout le monde s'accorde en France à dire que le rythme de nos enfants n'est pas bon", a fait valoir l'élue socialiste, candidate aux élections municipales de 2014.

"Je pense que les parents nous suivront", a-t-elle ajouté en prônant la "concertation" avec les syndicats.

La secrétaire générale déléguée de l'UMP Valérie Pécresse a dénoncé pour sa part "une réforme mal préparée".

"On désorganise les écoles primaires, la vie des familles, le fonctionnement des collectivités locales", a-t-elle estimé sur i>TELE. "C'est un passage en force symptomatique de l'absence de méthode de Vincent Peillon."

François Hollande s'est engagé en octobre à procéder à une refonte de l'école avec la volonté de mettre en oeuvre des changements structurels plutôt qu'une énième réforme.

Un fonds spécifique de 250 millions d'euros va être débloqué en 2013 pour aider les collectivités à financer la prise en charge des enfants pendant les heures réaménagées par la réforme.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant