Forte croissance de l'économie japonaise au 1er trimestre

le
7
L?ÉCONOMIE JAPONAISE EN FORTE CROISSANCE AU 1ER TRIMESTRE
L?ÉCONOMIE JAPONAISE EN FORTE CROISSANCE AU 1ER TRIMESTRE

par Stanley White et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - L'économie japonaise a enregistré au premier trimestre sa plus forte progression depuis plus de deux ans grâce à un bond de la consommation des ménages avant la hausse de la TVA et, plus surprenant, à une nette reprise de l'investissement des entreprises, un signe de bon augure pour l'avenir.

Le rebond de l'investissement - longtemps un point faible de l'économie nippone - pourrait permettre d'amortir en partie le ralentissement attendu sur le trimestre en cours après le relèvement de trois points de la TVA, et réduire ainsi la nécessité pour la Banque du Japon (BoJ) de nouvelles mesures de soutien.

"Les profits des sociétés s'améliorent et certaines installations commencent à vieillir; certaines entreprises ont donc conclu qu'elles ne pouvaient plus retarder leurs dépenses d'investissement", note Norio Miyagawa, économiste chez Mizuho Securities Research & Consulting.

"Les entreprises non-manufacturières sont plus confiantes dans l'économie. L'investissement va continuer de croître mais en l'absence d'investissement des industriels, cette croissance ne sera que graduelle."

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 1,5% sur janvier-mars par rapport au trimestre précédent, son sixième trimestre consécutif de hausse, montrent les statistiques gouvernementales publiées jeudi.

Ce chiffre est supérieur au consensus des économistes interrogés par Reuters, qui s'attendaient à une hausse de 1,0%.

En données annualisées, la croissance s'élève à 5,9%, contre un consensus de 4,2%. Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis le trimestre juillet-septembre 2011, lorsque le pays se relevait du puissant séisme qui l'a frappé en mars de cette année-là.

La consommation des ménages, qui représente environ 60% de l'activité économique globale, a augmenté de 2,1%, conformément à ce que prévoyaient les analystes. Il s'agit d'un chiffre record depuis le premier trimestre de l'année 1997, là aussi avant un relèvement de la TVA.

Les dépenses d'investissement des entreprises, clé de la croissance dans la troisième économie mondiale, ont fait un bond de 4,9%, le plus marqué depuis octobre-décembre 2011, alors que les économistes prévoyaient en moyenne une hausse de 2,1% seulement.

CONTRACTION POSSIBLE AU 2E TRIMESTRE

Le secrétariat général du gouvernement a expliqué cette forte hausse par les dépenses engagées par nombre d'entreprises pour mettre à jour le système informatique Windows et par une forte demande d'équipements industriels.

Cette bonne tenue de l'investissement pourrait atténuer les effets du recul de la consommation prévu une fois que l'effet dopant précédant l'augmentation de la TVA se sera dissipé.

"Nous nous attendons à ce que l'économie se contracte d'environ 5% en données annualisées durant le deuxième trimestre, mais elle va probablement progresser d'environ 2% en juillet-septembre", selon Taro Aito, économiste au NLI Research Institute.

"L'économie devrait revenir à une croissance modérée après un recul temporaire, ce qui est pour une large part conforme au scénario de la Banque du Japon", ajoute-t-il.

Le ministre de l'Economie, Akira Amari, a déclaré jeudi que la faiblesse de la consommation depuis le relèvement de la TVA était conforme aux prévisions et qu'elle serait temporaire, ajoutant tabler sur une amélioration des dépenses des ménages grâce à celle du marché du travail.

De son côté, le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, a constaté que la perspective d'une accélération de l'inflation incitait de plus en plus d'entreprises à relever les salaires et les prix.

La banque centrale répète régulièrement que l'économie peut encaisser le choc de cette hausse et qu'elle est en bonne voie pour atteindre son objectif de 2% d'inflation. Une évolution qui, si elle se confirmait, éviterait à la banque centrale de nouvelles mesures d'assouplissement de sa politique monétaire, déjà ultra-accommodante.

Moins confiants, certains analystes soulignent que la dégradation des exportations pourrait forcer la BoJ à augmenter dès juillet ses achats d'emprunts d'Etat et d'autres actifs financiers sur les marchés.

La demande extérieure a en effet amputé la croissance de 0,3 point de pourcentage sur janvier-mars, son troisième trimestre de contribution négative.

(avec Kaori Kaneko, Simon Carraud et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le jeudi 15 mai 2014 à 13:37

    Et grâce à la baisse importante du yen; il faudrait peut-être le dire à Draghi, car il ne lit peut-être pas les journaux!

  • pierry5 le jeudi 15 mai 2014 à 10:46

    Le Japon a fait ce que la plupart des pays européens feront dans quelques temps c.a.d laisser un euro super fort par le fait de 3/4 pays dont l'Allemagne qui tournent à plein régime, reprendre leur monnaie et lourdement dévaluer comme le Japon a du le faire. On voit le résultat. D'un part, il plongent et ensuite ils se redressent.

  • ppsoft le jeudi 15 mai 2014 à 10:38

    Bof. Le Japon est financièrement mort. Aucun intérêt à s'intéresser à ce pays tant qu'il n'y aura pas eu une bonne crise et une remise à zéro des compteurs.

  • r.espic le jeudi 15 mai 2014 à 10:35

    Au prochain trimestre, il faudra ôter le symbole - (moins) pour parler de croissance.

  • fred1903 le jeudi 15 mai 2014 à 08:46

    Tokyo (awp/afp) - L'excédent courant du Japon a plongé de 91% en mars sur un an, plombé par une balance commerciale lourdement déficitaire à cause entre autres d'un yen déprécié

  • fred1903 le jeudi 15 mai 2014 à 08:43

    c'etait quoi le dernier chiffre ?? -91% mince je ne me rappelle plus.

  • olive84 le jeudi 15 mai 2014 à 08:15

    ouais bientôt la croissance du japon sera plus forte que la chine !! vive les abenomics !!