Fort recul pour l'emploi en intérim

le
0
Fort recul pour l'emploi en intérim
Fort recul pour l'emploi en intérim

Alors que le chômage est reparti à la hausse en février avec 31 500 nouveaux inscrits à Pôle Emploi (+0,9%), les voyants de l'emploi en intérim sont aussi au rouge. Selon l'organisation patronale Prismemploi qui regroupe les différents réseaux d'agences, les chiffres de février publiés dans son baromètre révèle un recul de 2,4% sur un an entre février 2014 et février 2014.

Souvent considéré comme un indicateur avancé sur la situation de l'emploi et sur la santé de l'économie, cette nouvelle série de chiffres est aussi préoccupante. Selon Prismemploi, tous les secteurs d'activité sont touchés. «En février, les secteurs du commerce, de l'industrie et des transports se replient respectivement de 0,1%,0,5% et 1,1%, détaille cette étude. Les effectifs intérimaires des services et du BTP marquent de plus fortes baisses de 4,2% et de 9,1%.»

Au delà de la faiblesse dans ce secteur, l'approche des élections municipales aurait eu pour effet le report des certains chantiers pour éviter les nuisances à leurs administrés. Pour autant, certains métiers très recherchés dans l'hotellerie, la restauration ou encore dans l'aéronautique qui bénéficie actuellement de très grosses commandes ont du mal a trouver des salariés.

Autre constat: toutes les qualifications du cadre à l'ouvrier qualifié sont concernés. «La baisse pour les ouvriers qualifiés est de 0,8%, de 2% pour les cadres et les professions intermédiaires, reprend Prismemploi. La chute est encore plus forte pour les employés avec un recul de 4%».

Une dégringolade en Languedoc-Roussillon ou en Haute-Normandie

Dans cet environnement, certaines regions parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu comme en Auvergne avec une hausse de 8% de l'emploi en intérim ou encore la Haute-Normandie (5%). En revanche, certaines regions sont sinistrés avec une dégringolade de 9,9% en Languedoc Roussillon, de 9% en Provence Alpes Cote d'Azur, de 8,1% en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant