Formule E : la Malaisie, théâtre du 2e "e-prix" de l'histoire !

le
0
Nous sommes doucement en train de construire quelque chose, et c'est plutôt intéressant, a expliqué Alain Prost avant la deuxième manche du championnat de Formule E.
Nous sommes doucement en train de construire quelque chose, et c'est plutôt intéressant, a expliqué Alain Prost avant la deuxième manche du championnat de Formule E.

Leur accrochage au dernier tour de l'e-prix de Pékin en septembre a fait le tour du monde et donné un gros coup de projecteur sur cette nouvelle série imaginée et soutenue par la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Ils ne seront pas les seules têtes d'affiche, car il y aura aussi le Suisse Sébastien Buemi, nouveau champion du monde d'endurance, et le Brésilien Lucas di Grassi, vainqueur de la manche inaugurale en Chine à la suite du déclassement de Prost. "Ma victoire a été volée. C'est très dur", a d'abord dit le fils d'Alain Prost, quadruple champion du monde de Formule 1, après son déclassement à Pékin. Puis, après avoir vu la vidéo de l'accident, il s'est excusé platement de cet accrochage avec celui qui est aussi son coéquipier en endurance, au sein de l'écurie suisse Rebellion.Revivez les meilleurs moments du premier "e-prix" à Pékin : Cette course dans les rues de Putrajaya où siège le gouvernement malaisien va permettre aux vingt monoplaces toutes identiques et 100 % électriques de passer à 225 km/h sous les fenêtres du Premier ministre, mais sans faire beaucoup de bruit. "Nous sommes doucement en train de construire quelque chose, et c'est plutôt intéressant", a dit Alain Prost à l'AFP, en prélude à cette seconde manche de la Formule E. Tellement intéressant que l'ambassadeur de Renault a décidé de s'impliquer personnellement dans l'écurie "e.dams" dans laquelle court son fils Nicolas. "Nous...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant