Forêt-La Pologne persiste et signe malgré une injonction de l'UE

le
0
 (Actualisé avec contexte, deux derniers paragraphes) 
    VARSOVIE, 31 juillet (Reuters) - Les autorités polonaises 
ont déclaré lundi qu'elles continueraient de procéder à des 
abattages d'arbres dans la forêt primaire protégée de Bialowieza 
malgré une injonction de l'Union européenne lui demandant de les 
interrompre immédiatement. 
    La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a ordonné la 
semaine dernière à Varsovie de cesser ses coupes à grande 
échelle dans cette forêt, située à la frontière avec la 
Biélorussie. 
    La CJUE avait été saisie à la mi-juillet par la Commission 
européenne au sujet de cette forêt, classée au patrimoine 
mondial de l'Unesco. Bialowieza est l'un des derniers témoins de 
la forêt primaire qui, jadis, recouvrait une bonne partie de 
l'Europe. Son parc national abrite notamment des bisons 
d'Europe. 
    Le ministre polonais de l'Environnement, Jan Szyszko, a 
approuvé le triplement du quota de bois pouvant être abattu dans 
l'un des trois secteurs administratifs de la forêt. Il a invoqué 
pour cela des "mesures de protection" nécessaires pour enrayer 
la progression d'insectes xylophages. 
    "Nous agissons en conformité avec les réglementations 
européennes", a assuré le ministre de l'Environnement, lundi 
lors d'une conférence de presse, en parlant des coupes. 
    Prié de dire si la Pologne allait poursuivre ces coupes, un 
représentant de l'agence des Eaux et forêts, Konrad Tomaszewski, 
a déclaré lors de la même conférence de presse : 
"L'administration des forêts domaniales est obligée de maintenir 
les mesures de protection. Nous devons appliquer le plan de 
mesures de protection, et c'est ce que nous faisons". 
    Selon les écologistes, la question des insectes xylophages 
n'est qu'un prétexte qui cache des visées électoralistes : 
permettre davantage de coupes garantit davantage de revenus pour 
la population locale et cela pourrait conforter le soutien du 
parti au pouvoir, Droit et justice (PiS) dans cette région. 
    Si la Pologne est condamnée par la CJUE, elle pourrait 
devoir payer une amende de plus de quatre millions d'euros, et, 
peut-être, des pénalités se montant jusqu'à 300.000 euros par 
jour de non respect par Varsovie de la décision de justice. 
 
 (Agnieszka Barteczko; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant