Footeux et staff perso, un duo compatible ?

le
0
Footeux et staff perso, un duo compatible ?
Footeux et staff perso, un duo compatible ?

De plus en plus de joueurs font appel à des spécialistes indépendants, en dehors des heures d'entraînement, pour parfaire leur condition physique ou améliorer leur capacité de récupération. Si le sujet est tabou en France, la pratique, elle, ne cesse de se développer. Au grand dam des clubs qui voient une partie de leurs pouvoirs leur échapper. Enquête.

On entend souvent dire que le footballeur français est fainéant. Dernièrement, c'est Michel, le coach de l'Olympique de Marseille, qui en faisait l'amer constat en conférence de presse avant un match de Ligue Europa contre le Slovan Liberec. Mais le cliché du footeux français, râleur au possible et pas bosseur pour un clou, reste un cliché. Et s'il n'est pas tout à fait dénué de fondements, il n'en est pas moins vrai que les joueurs ne sont pas tous à mettre dans le même panier. Le boulot et les efforts, certains aiment ça. Il y en a même qui demandent du rab. Alors, pour se rassasier une fois l'entraînement terminé, nombre d'entre eux font appel à des spécialistes indépendants, préparateurs physiques, kiné, physio, qui mettent leur savoir-faire et leurs compétence au service de ces durs au mal. C'est le cas notamment de Mamadou Sakho, qui déclarait récemment dans les colonnes de L'Équipe travailler chez lui avec tout un staff personnel au grand complet : " J'ai un préparateur physique personnel, j'ai un nutritionniste à la maison, j'ai un physio perso aussi. " À l'inverse de Mamad', le sujet est rarement abordé ouvertement par les footballeurs français. Le phénomène est pourtant de plus en plus répandu.

Les clubs français ne sont pas prêts


En France, le sujet est encore tabou. En effet, les clubs de l'Hexagone ne verraient pas d'un bon œil le fait que leurs joueurs leur fassent un enfant dans le dos en allant travailler avec un staff indépendant, sorte de côté obscur de la force. " On réalise un travail de l'ombre ", témoigne volontiers Patrice Moyson, préparateur physique qui s'est mis à son compte il y a sept ans. Celui qui s'est occupé de nombreux footballeurs francophones, de Beauvue (Bastia) à Sankharé (Dijon) en passant par Nzogbia (Wigan) ou Mandanne (Guingamp), ne cache pas la réalité du milieu : " C'est vrai que ça peut être mal perçu par les clubs. Il faut dire qu'ils ont déjà leur propre staff, leur propre préparateur physique, et ils ne veulent pas que quelqu'un interfère dans leur travail. Ils ont raison dans un sens, mais le travail que l'on fait auprès d'un joueur peut aussi être très complémentaire et bénéfique pour tout le monde. " " Là où c'est mal vu, c'est surtout en France et en Belgique ", confirme Jean-François Mbuy, ancien kiné du LOSC et de Clairefontaine, qui travaille aujourd'hui en tant qu'indépendant. De prime abord, cette réticence des…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant