Football : Valère Germain, l'antistar de Monaco

le , mis à jour à 08:51
0
Football : Valère Germain, l'antistar de Monaco
Football : Valère Germain, l'antistar de Monaco

Il est un des chouchous du stade Louis-II. Valère Germain, 26 ans, appartient à cette catégorie de joueurs surannés qui aiment à briller sur la pelouse mais goûtent peu au star-système et aux à-côtés bling-bling du football. A l'instar du placide Jérémy Toulalan que le public de la principauté avait également pris en adoration.

 

A Monaco, malgré les apparences, on chérit ce profil de gendre idéal. Une personnalité qui ne surprend pas en interne, car l'attaquant formé au club arrive toujours à l'heure, ne se plaint jamais et s'adapte à tout. Comme en témoigne Frédéric Barilaro, qui l'a lancé en CFA et relate une anecdote révélatrice. « Pour son premier match, je l'ai fait jouer arrière latéral à Toulon, se souvient celui qui est désormais coach des U 19 Nationaux. Ce n'était pas son poste, mais il n'a rien dit. D'autres à sa place se seraient plaints, auraient demandé des explications. Lui, il a pris son maillot et fait son match. Sans broncher. En fait, Valère, c'est un gamin sans états d'âme. Quand vous avez des enfants avec cette mentalité, c'est extraordinaire. »

 

Ce qui l'est encore plus, c'est que depuis cette époque rien n'a vraiment changé. « Il prend soin de lui comme au premier jour », confie son papa, Bruno, ancien défenseur passé par le PSG et l'OM. A tel point que lorsqu'il part en vacances, Valère s'arrange quasi systématiquement pour réserver un hôtel avec une salle de sport où il pourra effectuer son « travail invisible ».

 

Le contentieux a été aplani avec Jardim

 

Ce dont peut témoigner le staff de l'ASM, puisque à la reprise, fin juin, le natif de Marseille s'est distingué en affichant le taux de masse graisseuse le plus bas de l'effectif. (4,8 soit trois fois moins que celui de Vagner Love, 15,8). « Il a une vie saine et fait attention à tout ce qu'il mange, reprend le pater. Et là, il est en train de récolter les fruits de son travail avec un bon début de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant