Football : une histoire d'Euro #1984

le
0
Les Bleus ont battu 2-0 l'Espagne en finale (AFP PHOTO / STAFF).
Les Bleus ont battu 2-0 l'Espagne en finale (AFP PHOTO / STAFF).

La victoire des Bleus en Championnat d'Europe 1984 est pour le football français ce que la naissance de Jésus-Christ représente pour les livres d'histoires : une date fondatrice, un repère chronologique essentiel et éternel. Dans l'Hexagone, il y a eu un avant et un après Euro 1984. Cette année-là, le sport hexagonal passe du gris au bleu, de l'ombre à la lumière. La victoire de Yannick Noah à Roland-Garros en 1983 faisait office de hors-d'oeuvre, une porte entrouverte de cette France non perdante. Néanmoins, l'exploit de notre tennisman futur chanteur avait aussi une connotation individuelle. Il débouchait sur un soulagement patriotique ? enfin un Français qui gagne ! ?, mais n'était pas représentatif d'un orgueil national collectif. Il correspondait aussi à une aventure solitaire, comme pour un skipper ou un boxeur qui vainc d'abord pour sa carrière avant de gagner pour son pays.

En revanche, les Bleus de 1984, cette bande de potes, avec coq et motifs bleu-blanc-rouge sur le maillot, ont permis à chaque fan de football tricolore de s'identifier à eux. Impossible de trouver un observateur aigri pour évoquer cette victoire. Ce succès au Championnat d'Europe n'a jamais, ou alors très rarement, été minimisé ou relativisé. Même l'Équipe de France de 1998 n'a pas atteint cette aura d'intouchable, alors que la compétition gagnée était bien plus prestigieuse. On a évoqué la crise d'épilepsie de Ronaldo juste...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant