Football : un ancien international allemand meurt au jihad en Syrie

le
0
Football : un ancien international allemand meurt au jihad en Syrie
Football : un ancien international allemand meurt au jihad en Syrie

A l'âge de 16 ans, Burak Karan évoluait en équipe d'Allemagne juniors, aux côtés de Kevin-Prince Boateng ou encore Sami Khedira. L'ancien footballeur est mort au jihad le mois dernier en Syrie, tué par un raid aérien de l'armée de Bachar el Assad.

En 2008, à l'âge de 20 ans, Burak Karan avait brusquement arrêté sa carrière. «Il a commencé à regarder des vidéos sur Internet des zones de guerre. Il était désespéré, plein de compassion pour les victimes. Il a commencé à chercher des moyens d'aider ses frères. C'est ainsi qu'il a rejoint Emrah Erdogan (jugé en Allemagne pour appartenance à une organisation terroriste, NDLR)», raconte son frère au quotidien allemand Bild.

Burak Karan est décédé dans un village près de la ville d'Azaz, situé à deux kilomètres de la frontière turque. Il était parti avec femme et enfants en Syrie «pour rejoindre les rebelles islamistes dans le combat contre les forces du Président Bachar al-Assad», explique son frère Mustapha qui souhaite désormais partir à la recherche de la famille.

Karan comptait 7 sélections avec les moins de 16 et 17 ans. «Il aurait très bien pu vivre du football», estime Thomas Hengen, son dernier entraîneur à Aix-la-Chapelle. Mais le jeune homme était visiblement désintéressé par la vie de paillettes. «Burak m'a dit que l'argent et la carrière n'étaient pas importants pour lui, se souvient Mustapha Karan. Ce dernier réfute l'idée que son frère ait sombré dans la violence. «Lorsque la guerre a éclaté au printemps 2011, il a levé des fonds et envoyé des médicaments. Mais comme certains paquets n'arrivaient pas, il a décidé de partir avec sa femme et ses deux fils jusqu'à la frontière turque pour organiser la distribution», exlique-t-il.

En revanche, leur soeur Zuhal a assuré pour sa part à l'hebdomadaire allemand Focus que Burak «ne parlait plus que de Jihad et autres folies guerrières». Sur une vidéo diffusée sur Youtube, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant