Football : Suarez toujours suspendu 4 mois, mais autorisé à s'entraîner

le
0
Football : Suarez toujours suspendu 4 mois, mais autorisé à s'entraîner
Football : Suarez toujours suspendu 4 mois, mais autorisé à s'entraîner

L'attaquant uruguayen Luis Suarez espérait sans doute une autre décision. Le tribunal arbitral du sport n'a pas levé l'interdiction de football de quatre mois qui lui a été infligée après son coup de folie du Mondial brésilien. Les trois juges du TAS, deux Suisses et un Italien, ont décidé de maintenir la suspension initiale. En revanche, ils autorisent le joueur à participer aux entraînements de son équipe. Pour eux, la suspension infligée par la Fifa après la morsure de l'attaquant de la Celeste sur un défenseur italien durant le Mondial brésilien était «proportionnée aux fautes commises», mais l'interdiction de «toute activité annexe au football» était, elle, «excessive».

Transféré courant juillet des Reds de Liverpool aux Blaugranas du FC Barcelone, l'attaquant de la Celeste n'avait jusqu'ici toujours pas pu reprendre l'entraînement avec ses nouveaux partenaires. La faute à cette énième morsure, sur le défenseur azzurro Giorgio Chiellini, durant le match de poule entre Uruguay et Italie au Mondial, à Natal : neuf matchs de suspension en sélection nationale et interdiction de toute activité dans le football pendant quatre mois, la Fédération internationale (Fifa) avait eu la main lourde. Cette sanction avait été qualifiée de «très sévère» par le président de la Fifa lui-même, Joseph Blatter. La FIFPro, le syndicat international des joueurs, avait quant à elle clairement appelé le TAS à revenir sur cette sanction «disproportionnée».

«Mordeur en série»

Mais si le TAS a choisi de maintenir en grande partie la sanction de la commission de discipline de la Fifa, c'est sans doute en raison du CV du joueur, qui n'en était pas à sa première morsure. Après avoir déjà mordu un adversaire lorsqu'il était à l'Ajax Amsterdam, il avait récidivé une première fois sous le maillot des Reds, contre Chelsea. Et cet écorché vif a donc ajouté une nouvelle ligne à son «casier judiciaire» en juin, au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant