Football: sept clubs s'allient pour contester l'accord LFP-Monaco

le
0
SEPT CLUBS S?ALLIENT POUR CONTRER L?ACCORD ENTRE MONACO ET LA LFP
SEPT CLUBS S?ALLIENT POUR CONTRER L?ACCORD ENTRE MONACO ET LA LFP

PARIS (Reuters) - Sept clubs de Ligue 1 et Ligue 2 vont engager une procédure administrative afin d'obtenir l'annulation de l'accord entre la Ligue de football professionnel (LFP) et Monaco, autorisé à maintenir son siège social en Principauté contre une indemnité financière.

L'accord intervenu il y a une quinzaine de jours prévoit que Monaco verse 50 millions d'euros à la LFP et puisse en contrepartie ne pas déplacer son siège social en France, où le club serait soumis à un régime fiscal nettement plus sévère.

Les joueurs étrangers qui évoluent à Monaco ne paient pas d'impôt sur le revenu, ce qui lui permet d'attirer à moindre coût, par rapport à d'autres clubs de Ligue 1, des stars telles que les Colombiens Radamel Falcao ou James Rodriguez.

Depuis mars 2013, la LFP était lancée dans un bras de fer au nom de l'équité fiscale avec l'ASM, actuelle deuxième de Ligue 1, afin qu'elle transfère son siège social en France. L'accord de fin janvier a mis fin aux discussions.

Mais le vote sur ce texte a fait apparaître de profondes divergences entre les clubs et la LFP et sept d'entre eux -Paris, Marseille, Lille, Bordeaux, Montpellier, Caen et Lorient- ont annoncé jeudi qu'ils allaient le contester en justice.

"Surpris par le caractère précipité et peu transparent de cet accord, qui sur le fond méconnaît plusieurs principes de droit, (ces clubs) ont décidé d'engager ensemble une action contentieuse", dit un communiqué transmis par les Girondins de Bordeaux.

Joint par Reuters, le président des Girondins, Jean-Louis Triaud, a précisé que les sept clubs allaient se tourner vers la plus haute instance administrative française.

"C'est du droit public, l'action se fera donc devant la juridiction administrative, le Conseil d'Etat. Nous demandons l'annulation de la transaction", a-t-il dit.

Dans leur communiqué, les clubs concernés disent espérer qu'une solution "soucieuse des intérêts de l'ensemble des acteurs et de l'équité sportive soit trouvée" mais Jean-Louis Triaud ne se projette pas encore vers de nouvelles discussions.

"Quant aux solutions, il est trop tôt pour en parler", a-t-il dit.

L'AS Monaco n'a pas réagi dans l'immédiat.

Gregory Blachier et Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant